Le Département aux côtés des mineurs non accompagnés

En visite de la cellule d'accueil des mineurs non accompagnés vendredi 8 septembre, le Président Christian Gillet a pu rencontrer professionnels et jeunes et échanger sur le parcours de prise en charge. DR

Confronté à un afflux sans précédent de jeunes migrants sur le département de Maine-et-Loire, le Président Christian Gillet s’est déplacé vendredi 8 septembre, à la rencontre des services qui accueillent ces mineurs sur le territoire.

Suite à l'afflux sans précédent de jeunes étrangers souhaitant une prise en charge par le Département en Maine-et-Loire, le Président Christian Gillet s'est rendu vendredi 8 septembre dans les locaux de la Direction enfance et famille pour visiter le dispositif d'accueil des jeunes migrants mis en place par la collectivité. Il s'est ensuite rendu à Saintes-Gemmes-sur-Loire pour échanger avec des mineurs isolés, accompagnés par l'association l'Abri de la Providence avec le concours de la commune.

Si le Département est fier d'assurer sa mission de protection de l'enfance et qu'il prend toute sa part dans la crise migratoire que traversent la France et l'Europe, l'arrivée sans précédent de jeunes se déclarant mineurs non accompagnés sur notre territoire ne permet plus un accueil dans des conditions acceptables.

Christian GilletPrésident du Département de Maine-et-Loire

Flux des mineurs et jeunes majeurs non accompagnés
Infogram

Mineurs non accompagnés : quelle est la mission du Département ?

Le Département assure des missions d’accueil, d’hébergement, de soins, de scolarisation, de formation, de socialisation des migrants déclarés mineurs. Ils relèvent des services de la protection de l’enfance.
Dès leur arrivée, la période dite de recueil de cinq jours se met en place.  Elle consiste à évaluer la minorité du jeune et son isolement. Ce recueil d’informations s’organise avec les services de la protection de l’enfance, la police et la justice.
A l’issue de ces cinq jours, si le jeune est considéré majeur, la levée de l’accueil est effectuée, il n’est pas à charge du Département.  
S’il est considéré mineur, une demande d’ordonnance de placement provisoire (OPP) est adressée au Procureur.  Dès lors, le Département organise sa prise en charge avec les associations partenaires qu’il finance, telle l’Abri de la Providence.

Seul 25 % des jeunes arrivés depuis janvier sont évalués mineurs par le service, le commissariat de police et le parquet.

Pourquoi la situation est critique ?

  • Les flux d'arrivée des jeunes mineurs augmente du fait de la crise migratoire en France et en Europe.
  • La situation des dispositifs d’accueil et d’hébergement mis en place par le Département est aujourd'hui saturée.
  • La participation financière de l’État est nettement insuffisante.
  • De 2,3 M€ en 2016, le coût de ce dispositif atteint 5,5 millions en 2017. Si le rythme observé se poursuit, cette mission devrait représenter une dépense de 7M€ en 2018.
Les professionnels de l’association l'Abri de la Providence, en présence du maire de Sainte-Gemmes-sur-Loire Laurent Damour qui accueille sur sa commune des mineurs non accompagnés, détaillent au Président Christian Gillet les missions qui leurs sont confiées dans le domaine de l'hébergement, de la formation et de l'intégration sociale. Aujourd'hui l'Abri accueille 250 jeunes et s'attend à en héberger plus de 500 dans l'année.

Quelles solutions ?

Un accompagnement de l'État

Le Président du Conseil Départemental de Maine-et-Loire a adressé le 1er septembre dernier, un courrier au Premier Ministre l’alertant sur cette situation nécessitant un réel accompagnement de l’État auprès des Départements.

Un plan d'actions en Maine-et-Loire

  • Un appel à projets va être lancé afin d’accroître de 200 places l’accueil des mineurs non accompagnés et ainsi renforcer le dispositif d’hébergement.
  • Un appel à la solidarité des collectivités locales et de la population a été lancé par le Président Gillet afin que ces jeunes puissent être également accueillis dans des logements communaux ou par des "tiers dignes de confiance".

Partager la page