Préserver notre environnement

Préserver la biodiversité

De l’étang de Beaurepaire à la forêt d’Ombrée, le Maine-et-Loire compte 89 espaces naturels sensibles (voir la carte). Pour préserver et valoriser la biodiversité de ce patrimoine remarquable, un plan spécifique départemental pour la période 2017-2021 a été mis en œuvre. Ce plan prévoit aussi de nombreuses actions destinées à la protection de notre environnement. Ainsi, 153 km de haies pour la restauration du bocage ont été plantés avec le soutien de la collectivité, plus de 1,5 million d’euros d’aides ont été alloués à des projets d’aménagement. Pour favoriser la découverte de ces lieux, un site internet sentiers.maine-et-loire.fr a été mis en ligne et une soixantaine de Rendez-vous nature, animés par des partenaires comme la Ligue pour la protection des oiseaux ou les Petits débrouillards, sont organisés chaque année.

Entretenir les rivières

En charge de la gestion du domaine public fluvial, le Département consacre chaque année près de 500 000 € à de grands travaux d’entretien des rivières (Oudon, Mayenne, Sarthe, Maine, Loire). Depuis 2015, 19 chantiers ont été menés pour restaurer des berges, réaliser des aménagements hydrauliques ou des passes à poissons, éradiquer des plantes envahissantes comme la jussie.

4 PROJETS NATURE DANS 4 CANTONS

Protéger la ressource en eau

Au travers de l’assistance technique apportée aux collectivités, le Département contribue à la protection des ressources en eau : 360 stations d’épuration sont suivies et contrôlées (88 % du parc départemental), 4 millions d’euros ont été alloués à des EPCI ou des communes pour des études ou des travaux d’assainissement collectif et 71 captages d’eau potable sont suivis.

Lutter contre le réchauffement climatique

Très investi dans la lutte contre le rechauffement de notre planète, le Département a déployé dans le cadre de son plan climat-énergie territorial un ensemble d’actions dont l’objectif est de réduire chaque année les émissions de gaz à effet de serre de 1 309 tonnes-équivalent CO2.
La Sem Alter Énergie, dont le Département est le principal actionnaire, exploite un parc de 30 centrales photovoltaïques installées sur des toitures de bâtiments publics (puissance de 1,31 MWc). Une nouvelle centrale, produisant 9,7 Mégawatts-crête, a été construite aux Ponts-de-Cé et des investissements ont été réalisés sur un futur parc éolien dans le Vihiersois qui développera une puissance de 20 Mégawatts-crête.
Afin d’accompagner l’essor des projets de méthanisation, le Département a commandé en 2015, avec le soutien de l’Ademe, un schéma de méthanisation à la Chambre d’agriculture. L’objectif est de sensibiliser
les collectivités et la profession agricole à ce type de solutions qui, grâce à une mobilisation de 30 % de la ressource méthanisable, permettrait de fournir en électricité et en chauffage 5,5 % des habitations du département d’ici à 2030.

Soutenir une agriculture locale et raisonnée

Donner la priorité aux produits locaux et favoriser les circuits courts, c’est s’engager à la fois à préserver l’environnement (réduction des gaz à effet de serre et de la consommation d’énergie) tout en soutenant l’agriculture locale. Douze projets de transformation à la ferme et de création de points de vente directe ont été soutenus par le Département, 642 000 € ont été accordés à une vingtaine d’organismes agricoles et 300 000 € ont été alloués à la Chambre d’agriculture pour valoriser les produits locaux dans le cadre du Réseau local.
Avec 60 % de son territoire consacré à des activités agricoles, le Maine-et-Loire se positionne parmi les premiers départements agricoles de France. Il compte près de 8 300 exploitations dont 600 sont certifiées « agriculture biologique », un secteur qui représente plus de 20 000 emplois.

Promouvoir le végétal

Le Maine-et-Loire regroupe près de 45 000 ha de cultures spécialisées. Le Département a toujours soutenu l’innovation dans ce domaine, notamment via la création du Pôle de compétitivité Végépolys à Angers, dont il a été l’un des principaux financeurs. Ce pôle de recherche et d’innovation a pour ambition de devenir une référence mondiale dans la production de végétaux respectueux de l’environnement et de la santé.
La passion du végétal en Anjou, c'est aussi la belle réussite du parc à thèmes Terra Botanica, financé par le Département. Reconnu parmi les lieux les plus populaires (Trip Advisor), Terra Botanica accueille plus de 260 000 visiteurs et génère 11,4 millions d’euros de retombées économiques pour le territoire. Premier site touristique du département, il déclenche à lui seul plus de 80 % des visites en Anjou.

Amélioration énergétique des logements

Pour repérer des situations de logements énergivores et lutter contre la précarité énergétique, des partenariats ont été conclus avec La Poste et l’association les Locaux Moteurs. Ces actions ont permis le financement de la rénovation énergétique de plus de 2 000 logements depuis 2015 au titre de la délégation des aides de l’Agence nationale de l’Habitat.

Dans le cadre des aides départementales à la transformation et la commercialisation de produits agricoles à la ferme,notre exploitation a bénéficié d’un
accompagnement financier de 11 750 € pour l’aménagement d’une meunerie et d’un laboratoire pour
la fabrication de pâtes sèches et le développement de la vente en circuit court. Ce soutien nous a permis de valoriser le blé cultivé sur notre exploitation bio. De 5 tonnes au démarrage, nous sommes aujourd’hui passés à une production annuelle de 30 tonnes et avons créé un emploi en équivalent temps plein. Nos pâtes sont commercialisées dans la région et en Ille-et-Vilaine, via
des magasins spécialisés en alimentation biologique, des Amap (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), des grandes surfaces et la restauration collective. Nous misons avant tout sur la qualité du produit et sa consommation locale.

Mats Gabillardproducteur de pâtes alimentaires, à la ferme biologique du Pâtis, à Combrée

Partager la page