Être responsable et innovant

En 2018, le Maine-et-Loire a été élu par l'Afnor département qui accueille le mieux ses usagers. © Bertrand Bechard

Le Département est un acteur engagé sur son territoire. Au-delà de nos missions essentielles, nous avons un devoir d’exemplarité, de transparence et d’innovation publique vis-à-vis de nos concitoyens.
Ainsi, nous avons initié depuis 2015 de nombreuses actions concrètes pour rapprocher le citoyen de l'administration.

Florence Dabinvice-présidente en charge des ressources

Faire œuvre de transparence

Pour rendre l’information publique plus accessible, le Département a refondu son site internet maine-et-loire.fr et poursuivi le mouvement d’ouverture de ses données publiques. Le recueil des actes administratifs et un résumé des décisions de la commission permanente et du Conseil départemental sont ainsi disponibles. Les séances publiques sont diffusées en direct depuis juin 2018.
En lançant opendata49.fr, chaque usager peut avoir accès à des cartographies, des données financières, des délibérations, la liste des marchés publics... Pour faciliter l’accès aux documents administratifs, un correspondant a également été nommé.
Avec 5 millions d’images en ligne sur archives49.fr et l’ouverture en 2014 du site grande-guerre-anjou.fr, les Archives départementales participent au renforcement du lien entre les Angevins et leur histoire.

Rapprocher les usagers et les services

Le Département a désigné un médiateur départemental. Il peut être sollicité par les usagers, les entreprises ou les associations pour une aide à la résolution d’un différend ou une meilleure compréhension des décisions administratives.
En deux ans, 170 dossiers ont été traités. Des efforts ont également été entrepris pour améliorer l’accueil des usagers sous toutes ses formes : physique, téléphonique, par courrier ou par mail. Cette politique
a été saluée en 2018 par le prix « accueil et relations usagers » décerné par l'Afnor.

Favoriser l'égalité femme-homme

De nombreuses actions ont été mises en œuvre dans la recherche de l’égalité entre les femmes et les hommes. Le Département affiche ainsi un taux de féminisation de ses personnels de 65 %, soit 4 points au-dessus de la moyenne nationale. Au-delà, des ateliers en Maisons des solidarités comme "Proj’action", des formations pour faciliter l’intégration dans le monde du travail ont été mises en place. Le Département est également engagé sur la question de la place des femmes dans l’espace public, dans le cadre de la prévention spécialisée, mais aussi dans la lutte contre les violences faites aux femmes au travers du soutien apporté à l’association SOS Femmes.

© Bertrand Bechard

S'engager pour les autres

En adhérant à la démarche de salariés engagés dans une réserve opérationnelle ou comme sapeur-pompier volontaire, l’employeur a un rôle essentiel à jouer. Le Département a signé en 2015 une convention avec le Service départemental d’incendie et de secours pour faciliter la disponibilité de ses agents/sapeurs-pompiers volontaires. De la même manière, des aménagements ont été prévus pour les agents qui souhaitent devenir réservistes.

Mutualiser pour faire des économies

Pour optimiser les services proposés au public et réaliser des économies, le Département multiplie les initiatives avec ses homologues ligériens. Les trois laboratoires départementaux de Maine-et-Loire, Sarthe et Loire-Atlantique ont ainsi été réunis en 2015 pour former Inovalys, l’un des plus grands laboratoires publics de France. Un service unique d’archivage électronique commun aux cinq départements et à la Région, implanté à Angers, a été créé en 2018. Des conventions de groupement pour l’achat de véhicules ou de matériel informatique ont également été conclues.

Limiter notre empreinte carbone

Le Département s’est engagé dans la sobriété énergétique de ses bâtiments. Un plan de maîtrise des énergies et fluides pour réduire les consommations a été lancé sur l’ensemble de son patrimoine, des contrats 100 % électricité verte ont été souscrits et une rénovation progressive des collèges les plus énergivores a été lancée.
Près des trois-quarts des enrobés issus des chantiers routiers sont désormais recyclés. En 2017, 75 000 tonnes ont ainsi été réemployées. Cette réutilisation se traduit également par une économie équivalente de ressources issues des carrières. L’usage des produits phytosanitaires pour le traitement des accotements routiers ou des parcs, qui s’élevait à 3 000 litres

Instituée depuis 2016, la Conférence des territoires est un outil concret pour favoriser les coopérations.

Favoriser les coopérations

En instaurant la première Conférence départementale des territoires en 2016, le Département entend développer une coopération active avec les Établissements publics de coopération intercommunale du Maine-et-Loire. En plus des 240 missions d’ingénierie et mesures d’accompagnement proposées aux collectivités dans les domaines de l’aide aux personnes âgées, de l’habitat, du patrimoine ou de l’eau, plusieurs opérations de mutualisation autour de la restauration scolaire, des arts vivants ou des archives ont été initiées.

4 PROJETS EXEMPLARITÉ DANS 4 CANTONS

Privilégier les déplacements doux

Le Département a été l’un des premiers en France à instaurer une Indemnité kilométrique vélo (IKV) pour les déplacements de ses agents. À l’Hôtel du Département, ils sont plus d’une cinquantaine à en bénéficier depuis début 2017.

Aider les pays en développement

En dehors de ses frontières, le Département apporte un soutien aux pays les plus défavorisés en accompagnant des associations du Maine-et-Loire mobilisées dans des opérations à caractère humanitaire. En trois ans, près de 130 000 € ont été affectés au financement de 75 projets portant sur l’éducation, la santé, l’eau ou l’agriculture.

Le Département réserve dans ses marchés publics des heures de travail pour les personnes en insertion.

Je suis actuellement salarié de la Régie de quartier d’Angers, en contrat aidé. Au cours de ces dernières semaines, j’ai participé au chantier d’insertion du Département et à la reconstruction de son mur d’enceinte datant du XIIe siècle. Mon premier métier est
réalisateur, acteur et metteur en scène. J’ai fait cinq ans d’études mais travailler dans le cinéma est compliqué. En 2015-2016, j’ai suivi une formation de maçon en bâti ancien. À l’issue, je n’avais que des petits contrats, entrecoupés de périodes sans emploi et de RSA. D’origine géorgienne, j’avais des difficultés à  comprendre les consignes. À la Régie de quartier, j’ai pu acquérir des compétences supplémentaires et développer ma pratique professionnelle. Je devrais prochainement bénéficier d’un accompagnement pour
me mettre en recherche intensive d’un emploi, avec l’objectif de trouver une entreprise dans ma  spécialité.

Zviad Jakelibénéficiaire du RSA, salarié en insertion

Partager la page