Solidarités : vous accompagner au quotidien

Avec la loi Notre, le Département a été conforté dans son rôle de chef de file des solidarités. Depuis 2015, nous avons multiplié les initiatives en faveur des familles, des enfants et des personnes fragiles ou en difficulté pour pouvoir proposer des solutions de plus en plus adaptées
aux besoins de chacun..

Marie-Pierre Martinvice-présidente en charge des solidarités

Être au plus près des familles

Le Département est un acteur majeur de la protection de l’enfance et de l’accompagnement des familles.
Par l’éducation, le conseil, l’accompagnement et le soutien à la parentalité, le dépistage précoce, les professionnels du Département accompagnent au quotidien les parents et veillent au bon développement de l’enfant. Cela passe tant par l’action des services de Protection maternelle et infantile (PMI), que par celle des équipes de prévention en territoires. En trois ans, 3 085 enfants ont été suivis par les équipes sociales et médico-sociales, 7 580 femmes suivies dans les 55 centres de PMI et 80 interventions collectives de prévention en faveur des familles pour le maintien et le développement du lien social ont été menés. 9 points de consultation en Centre de planification et d’éducation familiale (CPEF) ont par ailleurs été ouverts.
La mission de protection de l’enfance met en œuvre le recueil des informations préoccupantes et le suivi des orientations. 3 000 signalements d’enfants en danger ont ainsi été enregistrés. Elle définit également le projet personnalisé pour l’enfant afin de le protéger et l’accompagner dans le respect de ses droits et des orientations familiales.
Depuis trois ans, 2 376 enfants ont ainsi été confiés dont 433 mineurs étrangers isolés.

Prévenir la perte d'autonomie

Pour favoriser le bien-être et l’autonomie des plus de 60 ans, le Département et ses partenaires ont lancé un appel à initiatives. 105 projets innovants autour de la santé, du lien social, de l’habitat ou du bien-être ont ainsi été déployés sur l’ensemble du territoire (700 000 €). Il finance également des animations et des actions de prévention au sein des résidences autonomie (1 150 315 €) ou en services polyvalents d’accompagnement et de soins à domicile (45 853 €). Un dispositif unique en France favorisant l’accès aux aides techniques (fauteuil roulant, déambulateur…) a été créé en 2015 : la "Technicothèque".

Faciliter l'accès aux droits et le versement des prestations

Créée par le Département, la Maison départementale de l’autonomie informe, évalue les besoins, identifie les aides possibles, propose la solution d’autonomie la plus adaptée : maintien à domicile, accueil en établissement ou en famille d’accueil.
Cet accompagnement peut également s’effectuer dans les 11 Maisons départementales des solidarités où 140 000 personnes sont reçues chaque année. 650 000 € par an sont consacrés au financement des Centres locaux d’information et de coordination gérontologiques (Clic).

© Philippe Noisette

Privilégier le maintien à domicile

Le maintien à domicile est un défi qui mobilise fortement le Département et la Maison départementale de l’autonomie. Grâce à l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa), 5 000 personnes ont la possibilité de rester chez elles. Les aînés peuvent également bénéficier de portage de repas, d’une aide-ménagère ou d’une aide à la toilette et à l’habillage grâce aux 78 associations et structures d’aide à domicile intervenant en Maine-et-Loire, dont dix sont autorisées et tarifées par le Département. Les services polyvalents d’accompagnement et de soin à domicile ou l’adaptation du logement au vieillissement participent aussi à l’accompagnement. 1 110 logements ont ainsi bénéficié d’une subvention moyenne de 2 600 € pour un coût de travaux de 7 000 €.

Accueillir les aînés en établissement ou en famille

Le Maine-et-Loire figure parmi les départements les mieux équipés pour l’accueil des personnes âgées. Près de 70 millions d’euros annuels sont consacrés par le Département au financement des 10 950 places en Ehpad. Entre le maintien à domicile et l’hébergement en établissement spécialisé, l’accueil familial représente une alternative pour les personnes âgées. Près de 120 personnes sont hébergées chez 80 accueillants familiaux agréés.

4 PROJETS SOLIDAIRES DANS 4 CANTONS

Soutenir les aidants familiaux

Le Département promeut les initiatives destinées à soulager les aidants familiaux : loisirs partagés, formules de répit, groupes de parole, formations... Sous son impulsion, l’Udaf 49 anime un centre de ressources et de soutien pour les aidants qui s’appuie sur un site Internet (aidants49.fr) et une écoute téléphonique (02 41 360 444). Plus de 700 000 € seront consacrés à des actions spécifiques d’ici à 2020.

Aider les personnes en situation de handicap

3 039 personnes perçoivent la Prestation de compensation du handicap (PCH) financée par le Département pour bénéficier des meilleures conditions de vie possibles, notamment à domicile. 2 700 logements sont adaptés à l’accueil des personnes en situation de handicap, dont 1 275 places en établissements spécialisés.

Lutter contre la précarité

Fin 2017, 14 875 foyers étaient allocataires du Revenu de solidarité active (RSA). Doté de 3,8 millions d’euros, le Fonds de solidarité pour le logement a bénéficié à 5 878 personnes. 1 309 ménages ont, quant à eux, été accompagnés pour un accès au logement social et 1 807 ménages menacés d’expulsion locative soutenus par les services sociaux. 66 familles étrangères en voie de régularisation ont été hébergées.

Lorsque le Département a lancé un appel visant à mettre en place un accueil solidaire pour les jeunes migrants, nous nous sommes aussitôt portés volontaires. Pour nous, c’était un choix naturel. Nos enfants ont quitté le domicile et nous avions déjà, par le passé, hébergé bénévolement des jeunes dans le cadre de l’Entraide étudiants. Aussi accueillons-nous depuis quelques mois Mohamed M., 15 ans, originaire de Côte d’Ivoire. Après avoir été pris en charge à l’hôtel, puis au foyer, il vit désormais chez nous à temps plein et est scolarisé au collège Chevreul à Angers. C’était important pour nous d’accomplir cet acte citoyen, d’aider et de remplir à nouveau la maison.

Muriel et Laurent SanchFamille d'accueil solidaire

Partager la page