À Fontevraud, les archéologues du Département révèlent des secrets de cuisine

F. Stalter
  • Patrimoine

Le Pôle archéologie du Département mène depuis bientôt deux ans une étude inédite des cuisines de l'Abbaye royale de Fontevraud.

Publié le lundi 12 août 2019

Temps de lecture :  min.

    Les cuisines romanes constituent l’un des bâtiments les plus curieux de l’abbaye de Fontevraud.

    Datant du XIIe siècle, cet étonnant édifice doté de 24 cheminées fait l’objet d’un important programme de restauration. Les fouilles menées à cette occasion ont été confiées par la Direction régionale des affaires culturelles aux archéologues du Département, spécialisés dans la fouille du bâti médiéval.

    Mieux comprendre l'histoire des cuisines

    Quelles modifications ont pu être faites au fil du temps ? Y avait-il plusieurs niveaux ? Utilisait-on le foyer central ou les foyers circulaires ? Autant de questions qui sont explorées par ces experts du bâti. « On connaît une dizaine de cuisines monastiques de ce type, toutes associées aux grandes abbayes du Val de Loire, explique l’archéologue Jean-Yves Hunot. Mais celles de Fontevraud sont aujourd’hui les seules conservées en élévation. Paradoxalement, ce bâtiment emblématique de l’histoire de l’art n’a jamais été réellement étudié, tout reste à faire. »

    Depuis près de deux ans, les archéologues ont ainsi scruté minutieusement le sol des cuisines ainsi que les surfaces de murs intérieurs et extérieurs. Ils ont trouvé des restes de sol, des restes de faunes (poissons, oiseaux), mais aussi des graines datant du 12e au 18e siècle.
    L'ensemble de ces éléments est actuellement en étude et permettra comprendre l'histoire de ces cuisines et leur relation avec les bâtiments médiévaux de ce site exceptionnel de l'Anjou.

    Retour à la liste des actualités