🏇14 collégiens de #Segré ont pu remettre le pied à l'étrier. L'itinéraire pédagogique https://t.co/MqSVjRKNa0

Agriculture : besoin urgent de bras dans le Maine-et-Loire

Récoltes, semis, travaux saisonniers... Les besoins en main d’œuvre sont urgents dans le secteur agricole
  • Covid19

Le Maine-et-Loire est l'un des départements les plus agricoles de France. Dans ce contexte de confinement des populations et restriction des mouvements, la main d’œuvre pour les travaux agricoles fait cruellement défaut aux exploitants. La collectivité, impliquée toute l'année auprès de ces professionnels, relaie leur appel.

Temps de lecture :  min.

    L'Anjou est une terre d'agriculture. 3e département français en terme d'emploi agricole et par la surface dédiée à l'agriculture, le Maine-et-Loire est pleinement touché par le manque de main-d'oeuvre, criant dans ce contexte de confinement.

    Récoltes, semis ou autres activités saisonnières, les travaux de printemps ont démarré dans les exploitations, ils devraient s'intensifier d'ici l'été. Et particulièrement dans notre département, où la filière horticole est l'un des fleurons de l'économie locale. « La pandémie du Covid-19 intervient au moment de la saison où la production atteint son pic. Les récoltes ne peuvent avoir lieu faute de main-d’œuvre et les commandes sont annulées les unes après les autres. Conséquence : 80 % minimum de la production est jetée », relaie Christian Gillet, président du Conseil départemental.

    Des bras pour ton assiette

    « Nous le savons tous, un des enjeux majeurs de cette crise reste l’approvisionnement alimentaire de nos territoires",  alertent les organismes agricoles. Pour répondre à cette situation de crise, la plateforme collaborative "Des bras pour ton assiette" a été créée. Elle met en relation gratuitement les offres d'emplois des agriculteurs et les potentiels travailleurs disponibles. Cet outil est coordonné par Pôle emploi et l'Anefa.

    Vos deux bras suffisent !

    Étudiants, chercheurs d'emploi, bénéficiaires du RSA, travailleurs au chômage partiel du fait de la fermeture de son entreprise, indépendants ayant dû stopper son activité... "Pour quelques heures ou plus, au champ, au verger ou sur l'exploitation... Pas besoin d'un bac+5, vos deux bras suffisent !" précise la plate-forme Des bras pour ton assiette.

    Comment ça marche ? Lorsqu’un employeur poste une offre, la plateforme lui propose des profils triés sur des critères de disponibilités, de proximité, de centres d’intérêt, voire de qualifications et de compétences. Une FAQ a été mise en ligne pour répondre aux nombreuses questions qui arrivent (cumul de contrats, respects des mesures sanitaires, calendrier de recrutement, etc)

    Tout au long de l'année, la collectivité soutient la filière agricole : subventions et partenariats avec la Chambre d'agriculture, financement de projets de transformation de produits et de vente direct chez les exploitants, soutien au développement de la méthanisation, etc. Face à l'urgence de ces besoins, le Département relaie l'appel de ses partenaires et réaffirme son soutien au secteur agricole.

    Une aide départementale pour la filière horticole

    Pour faire face à la situation, le Département se mobilise et travaille actuellement avec les chambres consulaires à l’élaboration d’un plan de soutien et de relance à destination des TPE-PME.

    « Dans un contexte de crise sans précédent et bien que la compétence économique ne relève plus des Départements depuis la loi NOTRe de 2015, la solidarité interdépartementale est cruciale pour créer un effet levier sur l’économie locale,justifie Christian Gillet, président du Département de Maine-et-Loire. A ce jour, l’activité a déjà chuté de 35 % en France. Le soutien que nos collectivités peuvent apporter à la trésorerie des entreprises relève d’un véritable enjeu de survie ».

    Le soutien que nos collectivités peuvent apporter à la trésorerie des entreprises relève d’un véritable enjeu de survie.

    Cette mesure permettra, pour les entreprises non éligibles au Fonds national de solidarité, de disposer d’avances de trésorerie remboursables, échelonnées de 3 500 € à 10 000 €. La contribution des collectivités sera exclusivement fléchée vers les acteurs de leur territoire.

    En Anjou, ce fonds d’urgence permettra, entre autres, de venir en aide aux filières équine et horticole, incluses dans le périmètre du dispositif. Une plateforme sera mise en ligne dans ces prochains jours pour permettre aux entreprises de solliciter cette aide de manière simple et efficace.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information