Beaupreau-en-Mauges : les clochers examinés à la loupe

  • Patrimoine

Dans le cadre des missions d’ingénierie menées par le Conseil Départemental, la Conservation départementale du patrimoine vient d’achever, à la demande de la commune nouvelle de Beaupréau-en-Mauges, un diagnostic patrimonial des clochers de onze églises de ce territoire.

Publié le vendredi 29 décembre 2017

Temps de lecture :  min.

    Thierry Buron, attaché de conservation et expert reconnu en matière de patrimoine campanaire - il connaît chacune des cloches du Maine-et-Loire par leur prénom ! - a en effet réalisé un état des lieux complet depuis l’accès au beffroi jusqu’aux cloches et aux abat-sons.

    Construites le plus souvent au XIXe siècle, les églises des Mauges subissent les assauts du temps notamment de la pluie qui impacte fortement l’état sanitaire de ces espaces. Des facteurs qui, on le comprend, amèneront la commune à suivre de près les résultats de ce diagnostic.

    Cette opération a également permis de pointer du doigt deux beffrois particulièrement remarquables :

    • Alors que les beffrois sont réalisés en bois, celui de l'église Notre-Dame de Beaupréau est en métal. Moins encombrant, il répond spécialement par ses dimensions au volume réduit de la chambre des cloches et à l'imposante sonnerie. Il dispose même d'un système ingénieux de volée manuelle avec pédalier (sonnerie au pied).
    • Quant à celui de l'église Saint-Pïerre d'Andrezé, il a été imaginé par Gilbert Eguillon. Son fonctionnement repose sur une série de cylindres métalliques, qui permettent à la base du beffroi d'osciller de quelques millimètres lors de la volée des cloches.

    Ces deux beffrois témoignent aussi de l'ingéniosité des campanistes de la seconde moitié du XIXe siècle.

    En savoir plus

    Retour à la liste des actualités