Des trésors à découvrir au Sacré-Cœur de Cholet

  • Patrimoine

Inédit dans notre département : près d’un millier d’objets conservés au Sacré-Cœur de Cholet ont été classés au titre des Monuments historiques cette année.

Publié le jeudi 31 octobre 2019

Temps de lecture :  min.

    En Maine-et-Loire, 6 638 objets sont protégés au titre des monuments historiques. En 2019, la liste s’est considérablement étoffée : pas moins de 927 objets conservés au Sacré-Cœur de Cholet bénéficient désormais de cette protection.

    Édifiée pendant la Seconde Guerre mondiale par l’architecte choletais Maurice Laurentin, l’église du Sacré-Cœur s’inscrit dans le courant Art Déco. Ce monument phare de Cholet, classé au titre des immeubles depuis 1991, s’ouvre largement à la visite.

    La construction de l’édifice aura été une performance. Malgré des conditions très difficiles d’approvisionnement en matériaux et le manque de main d’œuvre en raison de la mobilisation des ouvriers du bâtiment, le chantier initié en 1938 ne s’achève qu’au bout de cinq ans. Mais le résultat est là : Maurice Laurentin a réalisé une œuvre totale. Les murs et leurs décors de peintures et de mosaïques, les vitraux, la sculpture, le mobilier et les objets liturgiques s’accordent dans une parfaite harmonie.

    Des objets à voir ou à revoir

    Aujourd’hui, la qualité de son travail explique la protection du bâtiment et des objets au titre des Monuments historiques. Au Sacré-Cœur de Cholet, 927 objets (dont presque 700 chaises), sont restés depuis 1945 dans leur cadre d’origine.  Le mobilier réalisé pour une grande partie par l’atelier choletais Masson et par Gabriel Loire (Chartres) présente une créativité qui, elle-aussi, retient l’attention des curieux et des connaisseurs.

    Au Sacré-Cœur, la Conservation départementale du patrimoine assurera à présent le suivi de tous ces objets. Ces derniers sont inscrits grâce aux récolements qui permettent, à l’échelle d’une commune, d’établir un diagnostic. À destination des responsables concernés (propriétaires publics ou privés, affectataires, associations), cette expertise détermine l’état de conservation des objets, la nécessité ou non de les restaurer, la mise en sécurité, les projets éventuels de valorisation des objets mobiliers.

    Retour à la liste des actualités