La collégiale Saint-Martin #Angers s'est métamorphosée. Des arbres si hauts que l'on ne voit pas la cime, des chant… https://t.co/GxkAAgY7I7

François Gay, retour au bioparc

  • Portrait

Rouvert au public depuis le 16 mai, le Bioparc a adapté son circuit de visite aux règles sanitaires. Le site, qui fêtera ses 60 ans en 2021, permet d’observer plus de 130 espèces dans un cadre troglodytique unique au monde. François Gay, directeur, explique comment le parc a géré la crise sanitaire.

Temps de lecture :  min.

    Article publié dans le magazine Anjou&vous de juillet 2020

    Comment s’est déroulée la gestion du bioparc pendant le confinement ? Quelles en sont les conséquences ?


    François Gay: Cinq semaines après le début de notre saison, nous avons dû fermer nos portes. Les missions de nos équipes techniques et de nos soigneurs, qui veillent sur nos 1 300 animaux, n’ont pas changé pendant cette période. Il était vital que ce travail continue : gérer le vivant, c’est fragile, il y a des imprévus tous les jours. Seulement, nos charges, elles, sont fixes et ces deux mois nous ont fait perdre 20 % de notre chiffre d’affaires annuel. Mais nous sommes des professionnels du tourisme. Nous nous sommes organisés très tôt pour préparer notre déconfinement.
     

    La fréquentation du bioparc depuis sa réouverture vous a-t-elle rassuré ?


    F.G. : Notre chance, c’est que ce site extraordinaire s’étend sur 17 hectares en plein air. Nous avons supprimé les animations (les animations ont repris depuis début juillet, NDLR), fermé temporairement deux espaces de visite, le vivarium et la cave aux chauve-souris, imposé le port du masque et créé un circuit en sens unique. J’avais de l’appréhension, mais ça s’est très bien passé, même si la fréquentation représentait 50 % de nos chiffres habituels à cette période. Nous avons rassuré le public et nous avons senti que ce bol d’oxygène était vital dans cette période très anxiogène.

    « Chaque visite au Bioparc est différente. »

    Quelles sont vos attentes pour cette période estivale ?


    F.G. : Je suis très confiant. Les retours sont positifs, pour ceux qui ne connaissaient pas les lieux comme pour ceux qui ne sont pas venus depuis 20 ans. Nous avons ouvert une extension exceptionnelle, le Cratère aux carnivores, qui promet quelques émotions fortes ! Vous y croiserez des lions, guépards, suricates ainsi que des oryctéropes uniques en France. Cette pandémie nous a conforté dans notre envie de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux, à l’importance de conserver cette biodiversité unique et de respecter le cycle biologique des animaux. C’est cette approche naturaliste qui fait que chaque visite au Bioparc est différente.
     

    Pour plus d'informations relatives au bioparc, n'hésitez pas à vous rendre sur le site bioparc-zoo.fr.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information