Anjou - Département de Maine-et-Loire Anjou - Département de Maine-et-Loire
Nos sites web
Maine-et-Loire.fr Le Département vous accompagne au quotidien
Répondre à@RaphLeclerc
@RaphLeclerc Merci ! On vous partage une (toute nouvelle) vidéo des sportifs du #MaineEtLoire : retour et anecdotes… https://t.co/BKzsIyIvTq

Le Département aux côtés des aidants

© Philippe Noisette
  • Journée des aidants

À l'occasion de la journée nationale des aidants, zoom sur les actions mises en place pour aider ceux qui aident un proche malade, en situation de handicap, ou prenant de l'âge.

Temps de lecture :  min.

    On estime leur nombre à 8,3 millions en France et à plus de 100 000 en Maine et Loire (12 à 13% de la population). Leur dénomination peut varier mais leurs réalités se rejoignent. Les aidants familiaux ou proches aidants passent du temps à soutenir et accompagner un proche, souvent un membre de leur famille, un conjoint malade, un enfant en situation de handicap, un parent vieillissant...

    Les fonctions de l'aidant sont multiples et leur engagement parfois éprouvant. Donner tout son temps pour l'autre, c'est parfois s'oublier soi-même, au risque de voir apparaître une grande fatigue physique et morale.

      Le programme en Maine-et-Loire

      Le 6 octobre, c'est la journée nationale des aidants. À cette occasion, de nombreux événements sont organisés sur le territoire, et soutenus financièrement par le Département de Maine-et-Loire. Tables-rondes, témoignages, ateliers participatifs... Découvrez le programme de ces événements qui mettent le rôle de l'aidant à l'honneur !

      Qui sont les aidants ?

      En 2020, afin de mieux connaître les besoins des aidants, le Département de Maine-et-Loire et l'UDAF ont réalisé une importante enquête auprès des aidants de Maine-et-Loire.

      L'aidant est majoritairement une femme

      L'enquête menée en Maine-et-Loire nous révèle que l'aidant est très majoritairement une femme (78%). Dans 89 % des situations, elle aide son conjoint, son enfant ou un parent. Près de 40% des aidants ont entre 40 et 60 ans, 39% entre 60 et 75 ans. 13% ont même plus de 75 ans.

      Lorsque l'on regarde le profil des aidés, la répartition est plus équitable : 56% sont des femmes, contre 44% qui sont des hommes. 54% ont plus de 75 ans, 17% ont entre 60 et 75 ans.

      72% sont des femmes
      89% aident une personne de leur famille
      71% aident une personne âgée

      Evelyne Bornand Sociologue, auteure de l'étude sur les aidants en Maine-et-Loire

      La relation entre l'aidant et la personne aidée s'inscrit dans le temps. Cette relation d'aide est souvent intense, au point d'affecter la trajectoire biographique de l’aidant.

      Le risque de l'épuisement

      La relation de l'aidant avec son aidé s'inscrit dans le temps. Ainsi, l'enquête réalisée en Maine-et-Loire nous montre que plus de la moitié des aidants (54%) aident leur proche depuis plus de 5 ans. Ce taux
      monte à 80% lorsque le proche aidé a une perte d’autonomie liée au handicap. Le rôle d'aidant entraîne bien souvent un impact sur le quotidien. Plus de la moitié des aidants (55%) habitent avec la personne aidée. 71% des répondant expliquent que le rôle d'aidant entraîne des tâches au quotidien en faveur de la personne aidée. Lorsqu'ils ont entre 40 et 60 ans, 80% des aidants expliquent également devoir concilier leur rôle d'aidant avec une activité professionnelle.

      Une situation que les aidants qualifient bien souvent de "normale", mais qui a des conséquences sur sa propre santé, son niveau de fatigue et même ses relations sociales. De nombreux répondants à l'enquête expliquent ainsi avoir trop peu de temps pour eux, avoir peu de répit, et de plus arriver à s'occuper d'eux-même. Pour certains, le rôle d'aidant peut conduire à arrêter de travailler, et à moins voir ses autres proches, et à moins sortir.

      86% éprouvent fatigue et stress
      80% des 40-60 ans doivent concilier une activité professionnelle
      71% aident pour les tâches quotidiennement
      74% ressentent le besoin d’une pause

      Prendre du répit

      45%

      seulement ont déjà discuté des solutions de répit pour eux-même

      Le répit peut être considéré comme un moment où l'aidant peut faire une pause pendant laquelle le proche est pris en charge par une autre personne. Ce moment peut être utilisé par l'aidant pour se soigner, se reposer, prendre du temps pour lui, pour aller à un rendez-vous ou participer à une activité de loisir.
      Le répit permet aussi de s'éloigner des obligations du rôle d'aidant pour prendre du recul ou encore retrouver une relation différente avec son proche pour un temps donné. Trop souvent encore, les aidants culpabilisent à solliciter ces dispositifs de répit, quand ils sont au contraire nécessaires pour trouver un équilibre entre le temps pour l'autre et le temps pour soi.

      En Maine-et-Loire, seulement 45% des aidants ont déjà discuté de solution de répit pour eux-même. En parallèle, ils sont 37% à avoir déjà effectué une consultation de santé liée à la relation d’aide. Un chiffre qui témoigne de l'importance pour de nombreux aidants pour s'accorder du répit.

      Des dispositifs au service des aidants

      Le Département est engagé depuis de nombreuses années dans une politique de soutien aux proches aidants. Il propose chaque année un appel à candidatures pour développer de nouvelles actions de formation et de sensibilisation sur les territoires. Depuis 2014, il soutient également un centre de ressources pour les aidants, qui propose notamment un dispositif d'écoute et d'information.

      Retour à la liste des actualités

      Abonnez-vous à la lettre d'information

      Retour en haut de la page

      Nos sites web

      maine-et-loire.fr
      Fermer le menu