#Inforoutes49 La circulation sur la rocade de #Saumur se fera sur une seule voie par sens de circulation jusqu'à l… https://t.co/wSj7H7s9vE

Le Département revoit son budget pour s'adapter à la crise sanitaire

  • Institution

Lundi 29 juin, à l'occasion de la réunion du conseil départemental, le Département a adopté un budget supplémentaire impacté par des dépenses exceptionnelles liées à la crise du Covid.

Temps de lecture :  min.

    L'essentiel

    • Pour faire face à l'ensemble des besoins liés au COVID-19, le Département a créé une ligne budgétaire spéciale.

    • 3,7 millions d'euros ont dès à présent été mobilisés pour apporter une première réponse à la crise.

    • Grâce à une gestion saine et prévoyante, le Département peut faire face à ces dépenses exceptionnelles, sans se ré-endetter et sans augmenter les impôts.

       

       

    Depuis plusieurs semaines, dans le contexte de crise inédite que nous connaissons, le Département se mobilise, afin de venir en aide aux publics les plus vulnérables et soutenir les secteurs impactés par les conséquences du COVID-19. Aides exceptionnelles, commandes de masques, dispositifs de soutien, adaptation de l’activité de ses propres services, le Département a multiplié les initiatives témoignant de son rôle essentiel en matière de solidarité.

    Des dépenses supplémentaires

    Pour faire face à l'ensemble des besoins liés à la crise du COVID-19, le Département a créé une ligne budgétaire spéciale. Au total, plus de 3,7 millions d'euros ont d'ores et déjà été mobilisés pour agir face à la crise. Ces différentes dépenses ont notamment concerné l'achat de masques et de visières, la contribution au Fonds résilience territorial, ou encore les surcoûts en terme de frais de nettoyage et de désinfection des locaux.

    3,7M€ de dépenses exceptionnelles liées au Covid
    791 000 € achat de masques
    132 000 € pour l'achat de visières pour les collégiens
    400 000 € pour le plan de relance du tourisme
    1,6 M€ pour le Fonds territorial résilience
    510 000 € pour les frais de nettoyage et désinfection des locaux

    Un plan de relance pour la culture

    Le Département a très tôt pris en compte la question des conséquences du COVID sur la culture, afin de défendre celles et ceux qui font le dynamisme culturel local, tout en permettant la reprise de la vie sociale et culturelle des habitants. Afin de permettre la reprise rapide de l'activité culturelle, le Département a ainsi décidé :

    • Création d’un festival totalement inédit du 20 juin au 30 août. Une trentaine de rendez-vous en plein air sont ainsi proposés aux habitants au cœur du Château du Plessis-Macé, dans toutes les disciplines artistiques, à prix doux. Plus d'information sur les Bouffées d'arts.
    • Versement de la totalité des subventions culturelles prévues aux collectivités, aux structures professionnelles ou pour l’organisation d’événements, même si ces derniers sont reportés (dans le cas des événements annulés, une subvention est effectuée au prorata des dépenses engagées).
    • Réouverture dès le mois de mai de la collégiale Saint-Martin et du château du Plessis-Macé, dont l’accès est gratuit jusqu’à fin août.

    Les solidarités

    1,1 M€ sont dépensées chaque jour par le Département en faveur des solidarités

    Le Département continue d'investir en faveur des solidarités. Ainsi, la collectivité a provisionné 2,5 M€ supplémentaires pour financer le revenu de solidarité active (hausse liée à la revalorisation et à l’augmentation du nombre de bénéficiaires en début d’année). Les conséquences de la crise économique se manifestent également par une augmentation des impayés de loyers et de facture d'énergie. Pour y faire face, le Département a créé une aide temporaire au logement.

    Par ailleurs, deux millions d'euros supplémentaires seront également apportés au budget du service départemental d'incendie et de secours.

    Des recettes en baisse

    Parmi les nombreuses conséquences du COVID, le marché immobilier sera moins dynamique que prévu en 2020. Une mauvaise nouvelle qui impacte directement le Département, qui peut compter chaque année sur les "droits de mutation" (une partie des frais de notaire perçus au moment des ventes immobilières). Ainsi, les premières prévisions nationales publiées il y a quelques semaines tablaient sur une recette qui pourrait baisser de près de 30% en 2020. Un manque à gagner important en perspective pour le Département, qui avait pu compter en 2019 sur 116M€ de droits de mutation.

    Comment le Département va-t-il financer ces nouvelles dépenses ?

    0% Malgré ces dépenses imprévues, le Département n'augmentera pas les impôts.

    Des dépenses qui augmentent, des recettes qui baissent, comment le Département va-t-il pouvoir équilibrer son budget ?
    Tout d'abord, comme décidé en début d'année, lors du vote du budget primitif, le Département n’aura pas recours à l’impôt pour financer ces dépenses exceptionnelles. En revanche, en raison de cette situation inédite, la trajectoire de désendettement ne pourra pas être poursuivie. Il n’y aura pour autant pas de surendettement de la collectivité lié à la crise de la Covid.

    Malgré ces dépenses imprévues, la dette de la collectivité sera stabilisée à 382+2M€ (au lieu de 378 M€ initialement prévu), ce qui place le Maine-et-Loire dans la moyenne des collectivités de même strate.

    Lien vers la fiche du Président

    Christian Gillet Président du Département

    C'est grâce à une gestion saine et prévoyante, dont le Département a fait sa marque de fabrique depuis cinq ans, que notre collectivité a pu faire face aux conséquences financières du Covid. [...]
    L’objectif n’est pas d’engager la prochaine mandature comme nous avons commencé celle-ci. Nous préservons l’avenir économique, social mais aussi dans les différentes politiques telles que le développement durable et les collèges.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information