La collégiale Saint-Martin #Angers s'est métamorphosée. Des arbres si hauts que l'on ne voit pas la cime, des chant… https://t.co/GxkAAgY7I7

Cavités : l'Anjou sous vos pieds

© Bertrand Bechard
  • Aménagement

Saviez-vous que sous le réseau routier départemental se cachent 11 km de cavités ? On en compte environ 400, dont 170 sont suivies par le Département. Situées en dessous de 45 routes départementales, il est important de les surveiller et les entretenir chaque année.

Temps de lecture :  min.

    400 cavités

    en Maine-et-Loire

    Article publié dans le magazine Anjou&vous de septembre 2020.

    L’Anjou compte parmi son patrimoine près de 400 cavités qui se développent en partie sous la voirie départementale. 170 seulement sont régulièrement visitées (les 230 cavités restantes ne présentent pas de risques potentiels).

    En 30 ans, le Département a donc dû intervenir sur plus de 140 cavités pour les combler (partiellement ou entièrement). 200 effondrements ou affaissements ont également été constatés sur cette période. La collectivité n’a pas de budget spécifique attitré, les besoins évoluant d’une année sur l’autre en fonction des aléas rencontrés et des opérations de comblement effectuées.

    Des actions de surveillance

    On peut estimer qu’environ 50 000 euros sont dépensés, en moyenne, chaque année, pour ces opérations. 

    Deux agents du Département, Noël Gallenne, dans le Saumurois, et Ivan Jublot, dans le Baugeois, réalisent ainsi une tournée d’environ 70 cavités chaque année. Ils sont accompagnés dans leur mission par un syndicat spécialisé venant d’Indre-et-Loire : le Syndicat cavités 37. Que ce soit pour le relevé d’informations (plus important dans les carrières), ou pour son expertise, l’intervention de cet organisme spécialisé apporte un soutien appréciable et apprécié par les deux agents du Département en charge de la surveillance des cavités.

    Une cavité surveillée chaque année veut dire que le site est potentiellement plus "sensible" qu'un lieu visité tous les cinq ans. La surveillance courante concerne donc de "petites" cavités.

    Exemple de missions réalisées par le syndicat cavités 37 : 

    • Travail de reconnaissance des 18 grandes carrières souterraines (représentant 7 km linéaires)
    • Inspection, prescription technique et avis en cas d’affaissement ou d’évolution.
    • Relevé et diagnostic de nouvelles cavités découvertes.
    • Projet de confortement.
    • Reconnaissances liées à des travaux de concessionnaires.

    Les types de cavités

    Il existe plusieurs types de carrières. Certaines sont occupées par des propriétaires qui les laissent accessibles au Département. D'autres sont des carrières ou des caves abandonnées. Une carrière reste active à Brézé. Douze sites abritent des chauves-souris. Ces lieux sont suivis et protégés par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) pour les activités d’hivernage ou de reproduction des espèces.

    Les carrières

    Ce sont d'anciennes champignonnières de 0,5 à 15 hectares, qui servaient à l'origine pour la production de pierres. Une seule carrière est encore en activité, avec passage, sous la route départementale n°93, dans la commune de Brézé. Le site est encore exploité pour l’extraction de tuffeau.

    Au total, 18 carrières sont recensées. 17 sont visitées tous les ans. La dernière n’est pas accessible en raison du manque d’oxygène à l’intérieur.

    Les caves

    Elles ont plusieurs vocations : habitations troglodytiques, caves vinicoles, dépendances ou encore caves celliers.

    Pour plus d'informations, rendez vous sur le site du syndicat cavités 37 et n'hésitez pas à consulter le magazine Anjou&vous n°6 de septembre 2020.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information