RT @ChGillet49: Bilan très positif pour notre premier événement Place aux #citoyens. 1300 participants dans tous les #territoires du @Maine

Les collégiens rencontrent des dessinateurs de presse

  • Actions éducatives

Les élèves des collèges Lucien-Millet (Doué la Fontaine) et Auguste-Renoir (Angers) s'initient au dessin de presse, dans le cadre de l'itinéraire éducatif "Les collégiens dessinent demain", proposé par le Département.

Publié le mercredi 06 décembre 2017

Temps de lecture :  min.

    Appréhender l'actualité dans sa complexité, encourager l’expression individuelle et l’ouverture sur le monde sont quelques uns des objectifs du nouvel itinéraire éducatif "Les collégiens dessinent demain", créé cette année par le Département de Maine-et-Loire. Alors que le dessin de presse est parfois mal compris, le Département a souhaité d’éduquer les jeunes à ce média, pour leur apprendre à le lire, à le comprendre et à l’analyser.

    Faire partager son métier aux jeunes citoyens

    Lundi 4 décembre, deux groupes d'élèves du collège Lucien-Millet (Doué-la-Fontaine) ont eu l'opportunité de rencontrer le dessinateur de presse Z. Le cyberactiviste s’est fait connaître grâce à son blog www.debatunisie.com, dans lequel il commente et croque anonymement l’actualité tunisienne. Quelques jours auparavant, c'était le dessinateur Mykaïa qui avait rencontré deux groupes d’élèves du collège Renoir.

    Crayon à la main, le dessinateur Mykaïa croque Emmanuel Macron sur un tableau blanc, devant le sourire admiratif des élèves intéressés.

    Il y a dans le monde des dessinateurs comme moi qui dessinent et, parce qu’ils dessinent, ils sont en danger. En France, je ne risque rien en caricaturant le Président. Je n’irai pas en prison. Pourtant, dans beaucoup d’autres pays, les dessinateurs sont menacés de mort.

    MikaïaDessinateur de presse


    Engagé aux côtés de l’association Cartooning for Peace, qui protège des dessinateurs menacés, le caricaturiste consacre régulièrement du temps à des jeunes, pour faire connaître son métier. « C’est toujours un plaisir pour moi de vous rencontrer, de partager mon métier, d’échanger avec vous. Peut-être que certains d’entre vous seront dessinateurs, un jour ! » Peu à peu, les mains se lèvent dans la salle. Les collégiens participent, discutent, échangent avec leur invité spécial, posant de nombreuses questions.

    Comment dessiner ? Pourquoi ? Peut-on vraiment rire de tout ? Est-ce que les attentats contre Charlie Hebdo ont changé le métier ? À chaque question, sa réponse. Il ne s’agit pas de faire la morale mais d’essayer de comprendre : « C’est très important que nous parlions de ça ! » Pour les enseignants, le pari est réussi. « C’est une chance unique pour les élèves de rencontrer une personne qui peut répondre à toutes leurs questions, qui peut leur montrer comment ça marche et faire comprendre que le dessin de presse n’est pas irrespectueux, mais démocratique ! Même pour nous, c’est une opportunité d’apprendre des tas de choses. »

    Je trouve ça courageux d’exprimer avec des dessins sa colère, ses idées alors qu'on sait que l'on peut être emprisonné voire tué .

    ArthurÉlève en 5e au collège Millet (Doué-la-Fontaine)

    Cet itinéraire éducatif se poursuivra pendant toute l'année scolaire pour neuf classes de la 5e à la 3e, issus de cinq collèges. Au cours de ce parcours, les élèves seront eux-mêmes amenés à prendre le crayon pour créer leurs propres dessins de presse, dans le cadre d'un concours entre les établissements participants.
    En janvier 2018, dans le cadre de ce temps fort consacré au dessin de presse, une exposition "Aux dessins, citoyens !" sera proposée à l'Hôtel du Département.

    Plus d'informations

    Retour à la liste des actualités