Lutter contre la jussie : un chantier d'été

  • Environnement

La plante tropicale invasive est un véritable fléau pour les milieux aquatiques. Un plan de lutte est mis en place de juin à mi-septembre. Face à l'étendue du travail, le Département a priorisé les zones d'intervention.

Publié le jeudi 16 août 2018

Temps de lecture :  min.

    La jussie envahit les cours d'eau et rivières d'Anjou depuis une vingtaine d'année. Vendue à l'origine pour l'aquariophilie, cette plante tropicale est très invasive et double facilement de volume. Pour limiter sa propagation, seul l'arrachage manuel est efficace. Un chantier colossal que le Département de Maine-et-Loire mène pendant l'été.

    La collectivité est responsable de 250 km de rivières et boires, dont 120 km navigables. Face à l'étendue de ce réseau, le plan de lutte retenu a été de nettoyer efficacement les écluses en amont et en aval, et de préserver les espaces naturels sensibles. Le budget alloué cette année à la lutte contre la jussie est de plus de 62 000 €. Il était de 40 000 € l'an dernier. 

    La carte de l'insertion

    112 jours d'interventions sont programmés cet été, confié à des ateliers et chantiers d'insertion. 86 employés sont intervenus dans le cadre de cette politique d'insertion menée par le Département, avec un accompagnement dans un parcours de retour vers l'emploi. 

    Certaines actions sont associées à un arrachage mécanique, dans des secteurs critiques signalés par les associations de pêcheurs ou les municipalités. De gros bateaux équipés de fourches, entourés de filtres et filets, frayent un chemin. Les travailleurs récupèrent les petits bouts autour pour limiter au maximum les risques de propagation. Ces interventions sont cruciales, car la jussie pourrait bloquer les UV et ainsi faire disparaître toute vie aquatique en raison du manque d’oxygène dans l’eau.

    Retour à la liste des actualités