État et Département s’engagent conjointement dans le plan pauvreté

Insertion |

René Bidal, préfet de Maine-et-Loire et Christian Gillet, président du Département, ont officialisé ce vendredi 28 juin le déploiement du plan pauvreté en Anjou. Plus de 2,2 M€ seront engagés dès 2019 pour renforcer, notamment, la médiation numérique ou encore le travail social au plus près des familles.

Christian Gillet, président du Département et René Bidal, préfet de Maine-et-Loire

En septembre 2018, l’État avait annoncé sa volonté d’engager une stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. L’intention était de s’attaquer tout particulièrement à la reproduction de la précarité dès les premières années de la vie, de garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants, d’assurer à tous les jeunes un parcours de formation et de rendre les droits sociaux plus accessibles.

Vendredi 28 juin, l’État et le Département ont scellé leur partenariat, pour trois ans, afin de mettre en œuvre ce plan en Maine-et-Loire. Dès cette année, l’État engagera 553 000 € et le Département, en tant que chef de file des solidarités, près d’1,7 M€.

Les objectifs du Plan pauvreté en Maine-et-Loire

Dans les faits, ce montant global de plus de 2,2 M€ répondra aux objectifs suivants :

  • Empêcher toute sortie sèche des jeunes de l’aide sociale à l’enfance (enfants confiés), par une coordination renforcée des différents dispositifs d’accompagnement dès l’âge de 16 ans dans les domaines du logement, de l’insertion sociale et professionnelle et de l’accès à la santé. Il s’agira aussi de préserver le lien et d’éviter les ruptures de parcours des jeunes sortis de l’ASE par la mise en place d’un référent de parcours.
  • Consolider le premier accueil social de proximité, à chaque échelon du territoire, dans le cadre des Maisons de services au public, des Maisons départementales des solidarités, mais aussi en valorisant les partenariats avec les CCAS et les élus des petites communes. La structuration d’un réseau départemental de médiation numérique ou encore la création de points conseil sur le budget contribueront également à améliorer l’accès aux droits et au premier accueil.
  • Renforcer les dispositifs d’information, d’orientation, d’accompagnement et d’insertion des bénéficiaires du revenu de solidarité active. Le Plan pauvreté se traduira aussi par la mise en œuvre d’un outil innovant permettant de rapprocher les entreprises qui recrutent et les bénéficiaires du RSA et d’optimiser leur accompagnement global.

RESTEZ INFORMÉS

Chaque mois, une sélection d'actualités et de bons plans. Inscrivez-vous à notre lettre d'information ! Consulter le dernier numéro.

Partager la page