La plus vielle église d'Anjou sous l'œil des archéologues

PATRIMOINE |

L'église de Savennières est l'une des plus vieilles d'Anjou. Des projets de restauration conduisent les archéologues du Département de Maine-et-Loire à réaliser un diagnostic préventif.

L'église de Savennières traditionnellement datée du Xe siècle.

Considérée comme l’église en élévation la plus vieille d’Anjou, la nef de l’église de Savennières est traditionnellement attribuée au Xe siècle. À l'occasion de prochains travaux, la datation de cet édifice pourra être affinée.

L'origine de l'agglomération est pourtant plus ancienne encore. Un vicus est mentionné dès le VIIe. En 2010 déjà, de nombreux sarcophages avaient été observés, sous le parvis notamment, démontrant la présence d’une vaste nécropole du Moyen-Âge s’étendant sous une partie du centre-ville. Au XIIe siècle, l’église a reçu un nouveau choeur et un portail a été aménagé sur le mur sud de la nef. Les charpentes de couverture ont été refaites dans les années 1365-1375. Le clocher et le bas-côté nord et le portail d’entrée ouest datent des années 1490.

Par ailleurs la nef primitive est, elle, régulièrement citée dans les études sur les églises préromanes. Cette partie n’a pour autant jamais été datée avec précision.

Affiner la datation de l'église

Un projet de restauration porté par la municipalité de Savennières a amené la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) à prescrire un diagnostic préventif. Celui-ci est confié au Pôle archéologie du Département de Maine-et-Loire. Son but : déterminer la sensibilité du site (en élévation mais également sous le sol), de façon à ce que la Drac puisse décider si une opération d’archéologie préventive doit être prescrite en amont et en accompagnement des travaux de restauration.

Ce diagnostic vient d’être réalisé, fin octobre, par Arnaud Remy et les équipes du Pôle archéologie du Département de Maine-et-Loire. Il s’est traduit par un sondage d’environ 3 m² dans le chœur et par un examen des élévations pour déterminer la part des maçonneries anciennes, et celle des restaurations contemporaines.

Retour à la liste des actualités

Partager la page