Pupille, le film bouleversant qui met en lumière le rôle du Département

Cinéma |

Le film "Pupille" de la réalisatrice Jeanne Herry, sort dans les salles obscures mercredi 5 décembre. Un film poignant sur l'histoire d'un bébé né sous X, qui met en lumière le rôle joué par le Département dans la protection de l'enfance.

DR

Mercredi 5 décembre 2018, sort dans les salles le film Pupille.

La réalisatrice Jeanne Herry y met en scène l'histoire de Théo, né sous X, remis à l'adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. Ce film poignant emporté par une brochette d'acteurs prestigieux (Sandrine Kiberlain, Gilles Lelouche, Miou Miou et Élodie Bouchez) se révèle à la fois tendre et humain. La réussite de cette œuvre captivante tient notamment au travail quasi-documentaire qu'a mené la réalisatrice avec l'appui des agents du service enfance famille du Département du Finistère. Car c'est tout l'objet du film : celui-ci met en avant les missions peu connues du grand public et exercées par les départements.

Dès le moment où (garanti sans spoiler...) la maman du petit Théo annonce qu'elle ne souhaite pas garder son bébé, ce sont en effet les services de l'Aide sociale à l'enfance qui sont sollicités, au nom de la mission de protection de l'enfance du Département. Dans Pupille, l'acteur Gilles Lelouche incarne un assistant familial, professionnel agréée par le Département pour accueillir les enfants en danger.

Le film suit également la démarche du service adoption, un autre service du Département engagé pour trouver au petit Théo la famille qui pourra l'accueillir de la meilleure manière possible, pour lui proposer un cadre propice à son épanouissement.

L'adoption en Maine-et-Loire

Parmi les enjeux forts sur ces questions pour le Maine-et-Loire, figure la question du recrutement des assistants familiaux. En Maine-et-Loire, 200 familles disposent d'un agrément pour adopter un enfant. Pourtant, seuls 23 enfants ont pu être adoptés en 2017 par des habitants de l'Anjou. Parmi eux, 13 étaient pupilles et 10 étaient des enfants provenant d'autres pays. Les dernières années, suite à la Convention de la Haye, signée par de nombreux pays pour lutter contre le trafic d'enfants, le nombre d'enfants venant de l'étranger adoptés en France a radicalement baisser. Ce qui rend encore un peu plus difficile le parcours pour les familles candidates.

Pour partager avec le plus grand nombre autour de ces enjeux, le Département participe vendredi 7 décembre à un ciné-débat au cinéma Le Gaumont (Angers), organisé par l'association Enfance et familles d'adoption 49 (réserver vos places en ligne pour cet événement). Vous pouvez également consulter notre dossier sur l'adoption en Maine-et-Loire, disponible sur notre site internet.

Retour à la liste des actualités

Partager la page