RT @ChGillet49: Bilan très positif pour notre premier événement Place aux #citoyens. 1300 participants dans tous les #territoires du @Maine

Parents et numérique : "Réguler plutôt que s'inquiéter"

  • Parentalité

À l’heure où les écrans sont partout, comment guider son enfant ? Quelles limites poser ? L’experte Laure Deschamps livre quelques bons conseils.

Publié le lundi 13 mai 2019

Temps de lecture :  min.

    Le saviez-vous ? 4h37, c'est le temps hebdomadaire passé sur internet par les 1- 6 ans. Ce temps passe à 6h10 pour les 7-12 ans et 15h11 pour les 13-19 ans..

    Article publié dans Maine&Loire magazine de mai 2019

    Laure Deschamps, formatrice, auteur du site internet La Souris grise, dédié au numérique en famille et de La Méthode "Tabletus" pour accompagner à la parentalité numérique nous explique comment mieux guider ses enfants dans leur utilisation des outils numériques.

    Faut-il s’alarmer de voir ses enfants se saisir des outils numériques dès le plus jeune âge ?

    Laure Deschamps : « La capacité de l’enfant consiste à s’emparer des choses quilui sont mises à disposition. Aujourd’hui, nous vivons dans une société où il y a énormément d’écrans, les enfants mettent donc la main dessus, comme ils le feraient avec d’autres outils. Plutôt que de s’inquiéter, les parents doivent réguler les usages. »

    Comment être un bon « parent numérique » ?

    L. D. : « Il faut déjà considérer le numérique comme un sujet de la parentalité. Ensuite, il faut
    prendre du recul sur ses propres habitudes – dans certains foyers, les parents ont en effet découvert
    les outils numériques en même temps que leurs enfants. Et puis, il faut adapter les pratiques en fonction de l’âge et des habitudes familiales. Cela paraît évident pour le vélo : c’est le même chose avec les écrans ! »

    Vous mettez en avant cinq réflexes à adopter. Quels sont-ils ?

    L. D. : « Tout d’abord, partager les technologies et les outils de manière pertinente avec les enfants : préférer les écrans en famille plutôt que les écrans individuels. Ensuite, alterner les temps numériques et non numériques et faire en sorte que ce réflexe soit acquis par l’enfant lui-même. Troisième point, choisir : regarder et valider les contenus numériques, comme on le ferait pour tout autre jeu.Puis, temporaliser : nous conseillons un temps de session maximal de dix minutes à partir de trois ans jusqu’à une heure après dix ans. Chaque famille décide ensuite du nombre de séances accordées par jour ou par semaine. Enfin, enquêter : savoir qui se cache derrière les contenus – Qu’est-ce que Google ? Qui publie des vidéos sur YouTube ? – et expliquer le monde numérique aux enfants. »

    À partir de quel moment doit-on s’inquiéter de l’usage de ses enfants ?

    L. D. : « Il faut faire confiance à son intuition parentale dès que l’on ressent un mal-être chez son enfant à la suite des usages (énervement, excitation, contrariété…). Il est aussi nécessaire d’assumer ses valeurs éducatives et de refuser que son enfant joue à un jeu, même si ses copains le font. »

    Retour à la liste des actualités