⚠️#Navigation Réouverture de l’écluse du seuil de #Maine, à #Angers depuis ce mardi 11 août à 15h30. 👉… https://t.co/RIioOlsQzN

Même en confinement : le brûlage des végétaux est interdit

De nombreuses tondeuses se font entendre en cette période printanière de confinement. Rappel : le brûlage des déchets verts est interdit.
  • Environnement

Le printemps, le confinement, de nombreux habitants profitent de la période pour entretenir leur jardin. Les acteurs du territoire impliqués sur les sujets environnementaux et sanitaires, rappellent que les feux de végétaux sont interdits. L'ouest vient d'entrer en alerte à la pollution de l'air aux particules fines.

Temps de lecture :  min.

    Une alerte à la pollution de l'air aux particules fines a déjà dû être activée dans l'ouest de la France ; cela malgré la baisse importante du trafic routier de ces dernières semaines. Parmi les causes pointées du doigt : le brûlage à l'air libre, pourtant interdit, des végétaux et déchets verts.

    De nombreux habitants profitent de cette période d'entrée dans le printemps et de confinement pour entretenir leur jardin. Les déchèteries étant fermées jusqu'à nouvel ordre, les déchets verts ne peuvent être évacués comme d'habitude. Sur le terrain, de nombreux partenaires du Département de Maine-et-Loire, parmi lesquels des organismes environnementaux, et d'autres structures mobilisées sur les questions de santé, souhaitent sensibiliser les citoyens. Car malgré son interdiction (toute l'année), le brûlage des végétaux est une pratique encore trop habituelle, qui s'est déjà considérablement accrue ces dernières semaines. Le vent faiblissant en ce début du mois d'avril, il est à craindre une nouvelle intensification de cette pratique.

    Une pollution qui amplifie les risques respiratoires

    "Brûler 50 kg de végétaux à l'air libre émet autant de particules fines qu'une voiture diesel récente qui parcourt 13 000 km", peut-on lire sur le site de l'Ademe.  Faute de vent, cette pollution n'en sera que plus concentrée. Cette situation atmosphérique amplifie les risques respiratoires des personnes fragiles, particulièrement vulnérables en ces temps de pandémie.

    Enfin, le risque de provoquer un incendie en faisant partir un feu est toujours existant. Les sapeurs-pompiers sont déjà pleinement mobilisés sur la crise sanitaire et la lutte contre la propagation du coronavirus. Démarrer un brûlage de végétaux, c'est aussi prendre le risque de les détourner de ces actions prioritaires.

    Une pratique illégale toute l'année

    Le brûlage des végétaux à l’air libre, y compris en incinérateur de jardin, est interdit en tout temps, tout lieu, toutes circonstances et est passible d’une amende de 450 €. (Circulaire ministérielle du 18/11/2011). Cette interdiction vaut pour les particuliers, les établissements publics et les entreprises du paysage. De plus, si les voisins sont incommodés par les odeurs, ils peuvent engager votre responsabilité, pour nuisances olfactives.

    De même, le dépôt sauvage de déchets est strictement interdit, et sanctionnable.

    Que faire avec ses déchets verts ?

    Les déchets verts sont une richesse à valoriser dans votre jardin. Plusieurs astuces pour les utiliser :

    Laisser la pelouse sur place

    Ajustez la hauteur de coupe de votre tondeuse, retirez le sac collecteur et laisser la pelouse broyée sur le terrain. C'est le mulching. Cette technique vous permet de protéger et de nourrir la pelouse.

    Le compostage

    En alternant avec les déchets de cuisine et en triant bien les déchets de jardin, c'est l'occasion d'enrichir ce mélange. Si vous n'avez pas de composteur, choisissez un endroit plus éloigné de votre mainson, à l'ombre, pour faire un tas.

    Le paillage

    Feuilles broyées, tontes de pelouses... les déchets une fois séchés peuvent être utilisés pour pailler vos massifs, potagers, les pieds des arbres et arbustes. Cette technique permet de garder les pieds de vos plantes au frais et ainsi limiter les besoins en arrosage, et enrichit les sols.

    Récupérer les bois

    Les plus grosses branches issues de taille peuvent être conservées pour alimenter les barbecues de l’été. Les tiges longues et droites peuvent servir de tuteurs au potager.
    Vous pouvez également assembler les petits branchages en fagots, que vous disposez dans le jardin. Cela permettra aux insectes et à la faune de votre jardin de s'y réfugier. Un geste pour la biodiversité !

    Et pour aller plus loin... Outils pédagogiques et guides pratiques

    L'Ademe, l'agence nationale de la transition écologique, se mobilise pour inciter le public à se détourner de ces pratiques délétères pour l'environnement et la santé. Voici une sélection des documents qu'elle met à disposition pour mieux comprendre les risques du brûlage, et pour trouver des alternatives.

    Autres articles de notre dossier COVID-19

    Plan anti-crise

    Toutes les mesures prises par le Département

    Déconfinement

    55 jours de confinement, 55 jours d'action

    #jeveuxaider :

    Modes de garde :

    Prévenir les violences intrafamiliales :

    #jerestechezmoi :

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information