La collégiale Saint-Martin #Angers s'est métamorphosée. Des arbres si hauts que l'on ne voit pas la cime, des chant… https://t.co/GxkAAgY7I7

Un nouveau directeur à Terra Botanica

  • Végétal

Pierre Watrelot a été nommé début août nouveau directeur de Terra Botanica. Originaire de Lille, le successeur de Denis Griffon connait très bien l’univers des parcs à thème avec une riche expérience au Futuroscope et au ZooParc de Beauval notamment. Rencontre avec un passionné de sport, de voyages et de… jardinage !

Temps de lecture :  min.

    Depuis début août Pierre Watrelot est le nouveau directeur du parc à thème consacré à l’univers du végétal. A 48 ans, ce nordiste d’origine et père de 3 enfants a commencé sa carrière au sein du Groupe Décathlon avant de travailler pendant plus de 10 ans au Futuroscope à Poitiers où il a dirigé une équipe d’une quarantaine de collaborateurs. En 2018, il rejoint le 1er parc zoologique de France, le ZooParc de Beauval, à la tête de la direction commerciale et stratégie. Il succède donc à Denis Griffon qui a réussi le pari de faire de Terra Botanica un des grands parcs français avec plus de 334 000 visiteurs en 2019.

    Un parc au coeur des évolutions sociétales, au carrefour du vivant

    Le choix d’accepter de prendre la direction de Terra Botanica est tout sauf anodin pour Pierre Watrelot. « Je
    crois profondément que le végétal est encore plus essentiel aujourd'hui qu'il y a seulement une dizaine d’années. Les bouleversements climatiques, avec notamment les incendies sur tous les continents, la crise récente du Covid… sont autant d’évènements qui nous obligent à découvrir ou redécouvrir l’importance vitale du végétal et la nécessité de préserver une biodiversité tous les jours menacée. Terra Botanica est au coeur des évolutions sociétales, au carrefour du vivant. C'est un parc à thème qui s'inscrit dans le sens de notre temps
    ».

    3 questions à... Pierre Watrelot

    En quoi Terra Botanica est un parc dans l’air du temps ?

    « Il y a un retour à nos racines, nombreux sont ceux qui désirent apprendre ou réapprendre à connaitre les
    végétaux, les cultiver. Nous avons encore le souvenir de nos grands-parents qui cultivaient et nous avons envie
    de garder ce lien. Aujourd'hui ce lien se fait par le jeu, la découverte, l'expérience que nous proposons auprès
    de nos visiteurs. »

    Terra Botanica, un parc en phase avec vos valeurs ?

    « Complétement ! Aujourd'hui, l’écologie et le développement durable sont l'affaire de tous et j'y suis très
    sensible. Quand vous avez trois adolescentes à la maison, vous comprenez très vite que le monde change. Et
    je suis convaincu que nous pouvons tous participer à cette évolution par une prise de conscience individuelle
    et collective. Quelle fierté de pouvoir travailler à Terra Botanica et associer ses convictions personnelles avec
    celles du parc. »

    Quelles sont vos passions hormis le jardinage… et les parcs d’attractions ?

    « D'abord le sport, pour le dépassement de soi, l'effort collectif, en groupe ou équipe. Je pratique le VTT et le
    Vélo, souvent en Groupe, pour découvrir une région, la randonnée et l'alpinisme mais je manque de
    temps... J'aime aussi voyager, découvrir nos cultures, parfois dans des pays lointains mais aussi près de chez
    moi, le Voyage est parfois au coin de la rue... »

    10 ans et une santé florissante

    En 2020, Terra botanica fête ses 10 ans. C'est l'occasion d'observer tout le chemin parcouru. Depuis quelques années, en effet, le parc est en plein développement. Plus de 334 000 visiteurs ont franchi l'an passé l'entrée du premier parc dédié au végétal. En quelques années, Terra botanica est devenu le premier site visité en Anjou et même une véritable locomotive touristique pour l'ensemble du département.

    A l'heure du renforcement des préoccupations environnementales chez nombre de nos concitoyens, le public ne s'y trompe pas et s'intéresse de plus en plus à ce parc qui allie les atouts d'une sortie ludique avec la sensibilisation au respect de la nature et de la biodiversité. Au fil des années, le parc a également considérablement étoffé son offre, proposant chaque année de nouveaux espaces. Pour ses 10 ans, il a notamment ouvert « un jardin sans eau » ainsi que « L’Oasis », la plus grande structure en bambous d’Europe.

    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information