Sectorisation scolaire : améliorer la mixité sociale et optimiser les conditions d'accueil

Il appartient au Département, après avis du conseil départemental de l'Éducation nationale, d'arrêter la localisation des établissements, leur capacité d'accueil, leur secteur de recrutement et le mode d'hébergement des élèves.

DR

3 principes d'action

Dans la réalisation de la carte scolaire, le Département a retenu trois principes d'action :

  • répartir les élèves en fonction de la capacité des établissements ;
  • répartir les élèves en fonction des perspectives démographiques ;
  • garantir en matière de transports scolaires une offre de proximité et un aménagement harmonieux.

Les modifications de la carte scolaire depuis 2007

Les dernières années, le Département a été amené à procéder à plusieurs évolutions sur la carte scolaire.

Rentrée 2007 : transfert de la commune de Valanjou du secteur de Thouarcé vers celui de Chemillé et transfert de la commune de Jarzé du secteur de Seiches-sur-le-Loir vers le secteur de Baugé. Le choix a été laissé aux familles de Briollay d'inscrire leurs enfants au collège Vallée du Loir à Seiches-sur-le-Loir ou au collège Debussy à Angers.

Rentrée 2008 : transfert de la commune de Corné du secteur de Beaufort-en-Vallée vers celui de Saint-Barthélemy-d’Anjou

Rentrée 2012 : transfert de la commune de Saint-Clément-de-la-Place du secteur du Louroux-Béconnais vers celui du collège Rabelais à Angers.

Rentrée 2013 : transfert des communes d’Ambillou-Château et Noyant-la-Plaine du secteur de Gennes vers celui du collège de Doué-la-Fontaine.

Rentrée 2014 :
transfert de la commune de Saint-Mathurin-sur-Loire du secteur de Gennes vers celui du collège Jean-Rostand à Trélazé.

Rentrée 2015 :
transfert de la commune de Gesté vers le collège de Montrevault et transfert de la commune de Saint-Macaire-en-Mauges vers le collège Colbert à Cholet.

Rentrée 2016 : transfert de la commune de Saint-Jean-de-Linières vers le collège Jean-Monnet à Angers

Une étude en cours

Dans un contexte de tension financière et de fluctuation démographique, le Conseil départemental a inscrit dans son projet de mandature sa volonté de mettre en adéquation les bâtiments et les effectifs pour optimiser l'utilisation des surfaces et le nombre d'établissements.
Une étude est actuellement menée sur l'ensemble du territoire départemental en vue d'améliorer la mixité sociale dans les secteurs où cela s'avère nécessaire, d'optimiser les conditions d'accueil des enfants et de rationaliser le patrimoine scolaire.

La première phase, relative à Angers et sa proche périphérie, doit s'achever en fin d’année. Le travail pour le reste du Maine-et-Loire est d'ores et déjà engagé avec un calendrier devant permettre de disposer de scenarii de redécoupages du secteur des Mauges fin 2017 et du reste du département en 2018.

Partager la page