Favoriser l’accès à l’emploi pour tous

    Pilote des politiques d'insertion sociale et professionnelle, le Département finance le Revenu de solidarité active (RSA) ainsi qu'un grand nombre d'associations partenaires pour faciliter l’accès à l’emploi des publics les plus fragilisés.

    Temps de lecture :  min.

      14 312 foyers allocataires du RSA (au 31/10/2018)
      90,6 M€ pour le Revenu de solidarité active
      129 actions d'insertion financées (en 2018)
      11 maisons des solidarités
      Voir la fiche de l'élu

      Gilles Leroy Conseiller départemental délégué à l’insertion

      Sur notre territoire, 25 % des offres d’emploi restent non pourvues, notamment dans les secteurs de la logistique, de l’hôtellerie-restauration, de l’agriculture et des travaux publics. Paradoxalement, une partie de nos concitoyens est encore bénéficiaire du RSA. C’est pourquoi le Département innove pour sans cesse adapter son offre aux besoins des entreprises et aux compétences de ces demandeurs. Pour cela, nous dialoguons avec tous les acteurs économiques, sociaux, politiques, qui ont à cœur de remettre l’emploi au centre des parcours des bénéficiaires. Alors que l’État s’est désengagé des contrats aidés en secteur marchand, notre territoire a décidé de les maintenir et de les subventionner. C’est l’une des illustrations fortes.

      Le RSA, mode d’emploi

      Le Revenu de solidarité active (RSA) est attribué par le Département aux personnes sans ressources ou disposant de faibles ressources. Il garantit un niveau minimum de revenus, qui dépend de la composition du foyer.
      Un allocataire possède des droits mais aussi des obligations. Le bénéficiaire doit notamment rechercher un emploi ou suivre les démarches d'insertion qui lui sont indiquées par son référent.

      >> En savoir plus sur le RSA

      Accompagnement des allocataires dans leur recherche d’emploi

      Le Département accompagne les bénéficiaires dans un parcours d’insertion professionnelle et sociale individualisé pour favoriser leur retour à l’emploi. Il développe une offre adaptée aux situations des publics et de leur territoire. Les jeunes de 18à 25 ans font l’objet d’une attention particulière. Le Département facilite leur parcours vers l’emploi grâce aux aides du Fonds d’aide aux jeunes (FAJ).

      11 MAISONS DES SOLIDARITÉS

      Afin d’accompagner les personnes en situation d’insertion au plus près de leur lieu de vie, le Département déploie son action sur 11 maisons des solidarités (complétées de nombreuses annexes et permanences). Sur place, des usagers y trouvent un ensemble de professionnels pour répondre à l’ensemble des problématiques d’insertion.

      >> Plus d’information sur les Maisons des solidarités

      Innover pour lever les freins à l’emploi

      Le Département a placé la question de l’accès et du retour à l’emploi au cœur de sa politique d’insertion. Plus de 100 actions et dispositifs, menés en partenariat avec les acteurs du territoire sont mobilisées, pour apporter autant de solutions aux besoins des publics : chantiers d’insertion, actions de formation, visites d’entreprises, club chercheurs d’emploi…

      Contrat emploi Anjou

      Destiné au secteur marchand et réservé aux allocataires du RSA, ce contrat aidé est aujourd’hui exclusivement subventionné par le Département. Véritable coup de pouce aux employeurs, il les aide à embaucher grâce à une aide pouvant atteindre 480 euros par mois ou grâce à une aide de 32 % du SMIC horaire brut, tout en offrant aux bénéficiaires l’opportunité de devenir des salariés à part entière avec la signature d’un contrat à durée déterminée ou indéterminée.

      Plus d'info sur le Contrat emploi Anjou

      Clauses d'insertion : le Département montre l'exemple

      Bâtiment, travaux, environnement… Dès que cela est possible, les marchés publics du Département incluent une clause d’insertion. Grâce à ce critère imposé, la collectivité incite les entreprises qui travaillent pour elle à recruter des personnes très éloignées de l’emploi. Le système est simple : un nombre d’heures d’insertion est fixé en fonction du montant estimé de la commande publique. En 2018, plus de 18 000 heures ont ainsi été programmées.
      Et le Département encourage les autres maîtres d’ouvrage à la même ambition. Son service développement insertion et emploi accompagne les autres acheteurs publics qui souhaitent mettre en place ces clauses sociales.