1re Journée nationale d’engagement Mon Restau responsable® en Anjou

  • Restauration collective

Le 5 juin 2018, Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme, décernera la garantie Mon Restau responsable® à sept collèges publics du Maine-et-Loire. Le collège angevin Jean-Monnet avait été le premier en France à l’obtenir l’an passé. Vendredi 25 mai, la présidente de l’ex-fondation Hulot était en repérage au collège de Trémolières, à Cholet, lors d’une rencontre avec les élèves et plusieurs chefs cuisiniers, afin de juger, sur pièce, de la politique volontariste du Département en matière de restauration collective.

Publié le vendredi 25 mai 2018

Temps de lecture :  min.

    Le Département de Maine-et-Loire a choisi d’engager la restauration scolaire des collèges dans la démarche Mon Restau responsable®, système participatif de garantie créé par la Fondation pour la Nature et l’Homme présidée par Audrey Pulvar et le réseau Restau’Co.

    Le collège angevin Jean-Monnet a été le premier en France, en 2017, à recevoir cette garantie.

    De nombreuses autres structures de Maine-et-Loire ayant décidé de s’associer à cette démarche à l’instar du Département, la Fondation pour la Nature et l’Homme a entrepris de lancer, le 5 juin 2018, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, la 1re édition nationale d’une journée d’engagement Mon Restau responsable® en Maine-et-Loire.

    Lors de cet événement, sept collèges souscriront à cette garantie : Chevreul (Angers), Colbert et Trémolières (Cholet), Cousteau (Pouancé), de l’Evre (Montrevault), du Val-d’Oudon (Le Lion-d’Angers), Jean-Zay (Montreuil-Juigné).

    En amont de la journée du 5 juin, Audrey Pulvar était en visite au collège de Trémolières à Cholet, vendredi 25 mai, pour rencontrer le chef cuisinier de l’établissement, ainsi que ceux de Colbert et de l’Evre, partager le déjeuner avec les élèves, Jean-Paul Boisneau, secrétaire départemental chargé de l’agriculture et Michel Brossier, éleveur à Vihiers.

    Depuis 2009, via la création du Réseau local Anjou, en partenariat avec la Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, une politique départementale volontariste est conduite en matière de restauration collective, s’appuyant sur un territoire par nature tourné vers l’agriculture et l’élevage, terreau favorable à l’ambition de servir à l’horizon 2020 plus de 50 % de produits de proximité.

    Cette démarche atteste qu’il est possible de conjuguer qualité et quantité dans la restauration collective, comme tend à le montrer le volume de déchets par plateau, passé d’une moyenne de 73 gr (sur un volume de 550 gr) en 2016 à 50 g aujourd’hui, soit moins de 10 % de pertes.

    Retour à la liste des actualités