419 000 euros pour développer la pratique culturelle en Anjou

  • Commission permanente

Lors de la commission permanente en présentiel du 22 juin 2020, les conseillers départementaux ont examiné une vingtaine de rapports. Parmi eux :

Temps de lecture :  min.

    Dans son projet de mandature Anjou 2021, le Département de Maine-et-Loire fait de l’enseignement artistique l’un des leviers du développement culturel en Anjou. La commission permanente a ainsi décidé d’attribuer 419 000 de subventions, réparties entre Anjou Bleu, Anjou Loir et Sarthe, Baugeois Vallée, Saumur Val de Loire, l’Agglomération du Choletais, Loire Layon Aubance, Mauges Communaué et Angers Loire Métropole, pour le fonctionnement de leurs écoles de musique et conservatoire qui accueillent quelque 10 000 élèves, jeunes et adultes, à l’échelle de l’Anjou.

    Le Département a par ailleurs accordé une subvention globale de près de 46 000 € à la Galerie sonore d’Angers, à la Maîtrise des Pays de la Loire et à l’école La Carrière de Saint-Barthélemy-d’Anjou, dans le cadre du schéma départemental des enseignements artistiques. Ces trois structures, qui assurent une mission pédagogique dans les établissements scolaires, interviennent en tant que pôles ressource spécialisés dans les domaines de la musique, du chant et du cirque.

    En bref

    Covid. Dès le début de la crise sanitaire, afin de soutenir les partenaires du Département ou de participer à la réserve sanitaire, la collectivité a mis gracieusement à leur disposition des agents aux compétences recherchées et qui étaient volontaires : cuisiniers et agents d’entretien dans les Ehpad ou maisons d’enfants à caractère social ; médecins, infirmières et puéricultrices mobilisés par l’Agence régionale de santé dans le cadre du réseau Coville. Au total, 53 agents ont participé à des missions en dehors des compétences directes du Département.

    Développement durable. Les élus ont entériné l’adhésion de la collectivité à l’association nationale Comité 21. En février dernier, le Département se dotait d’un projet stratégique de développement durable visant à donner un coup d’accélérateur aux transitions écologiques, économiques et sociétales nécessaires à la transformation de notre territoire. Cette adhésion permettra à la collectivité d’engager des échanges et partenariats entre les membres du Comité 21.

    Fonds de solidarité pour le logement. En complément du financement départemental, les communes et certains EPCI, la CAF, la MSA, les bailleurs sociaux, les fournisseurs d’eau et d’énergie apportent leur concours financier au FSL. L’an dernier, 1 487 aides au titre de l’énergie ont été accordées, dont 43 % pour des clients d’EDF. Ont ainsi été versés à EDF 159 000 € pour apurer tout ou partie des dettes de ses clients. Le montant de la contribution d’EDF au FSL s’est élevée à 180 000 €, dont 7 500 € pour le financement d’actions de prévention, telles que l’organisation de forums de sensibilisation à la lutte contre la précarité énergétique, une thématique dans laquelle le Département est fortement engagé au titre du développement durable. Cette année, EDF versera à nouveau une contribution de 180 000 € en vertu d’une convention pour la période 2020-2022.

    Associations. La commission permanente a accordé une subvention de 13 000 € à l’association Terre des sciences et de 5 000 € au Centre d’aide et de valorisation des associations 49 (CAVA), qui compte 300 associations adhérentes, dont la moitié emploient des salariés.

    Agriculture. Dans le cadre des aides départementales à la transformation et à la commercialisation de produits agricoles à la ferme, une exploitation de Beaupréau-en-Mauges recevra 11 300 € de subvention pour la transformation de lait bio en produits laitiers à la ferme.

    Contact presse : Pascal Houdemont, p.houdemont@maine-et-loire.fr, Tél. 02 41 81 44 72.

    Retour à la liste des actualités