Comment sont entretenus les 11 km de cavités sous le réseau routier départemental ?

Crédits photo - Bertrand Béchard
Exploration d'une cavité par Noël Gallenne et les deux géologues de Cavités 37.

En Anjou, on dénombre près de 400 cavités sous le réseau routier départemental. 170 d’entre elles font l’objet d’un suivi régulier et spécifique de la part du Département. Deux agents, Noël Gallenne, dans le Saumurois, et Ivan Jublot, dans le Baugeois, réalisent ainsi une tournée d’environ 70 cavités chaque année. Ils sont accompagnés dans leur mission par un syndicat spécialisé venant d’Indre-et-Loire. Il faut dire que ces cavités se situent en-dessous de 45 routes départementales. S’ils n’étaient pas entretenus correctement, ces 11 kilomètres cumulés pourraient engendrer des affaissements de chaussées dangereux pour la circulation. En 30 ans, 140 cavités ont d’ailleurs été entièrement ou partiellement comblées pour prévenir ou pallier à des effondrements ou affaissements.

Temps de lecture :  min.

    L’Anjou compte parmi son patrimoine près de 400 cavités qui se développent en partie sous la voirie départementale. 170 seulement sont régulièrement visitées (les 230 cavités restantes ne présentent pas de risques potentiels). 45 routes départementales sont directement concernées par ces cavités, qui représentent un linéaire cumulé de 11 kilomètres.

    Fait anecdotique, mais pour le moins insolite, c’est l’édit de Moulin (1566) qui régit toujours la gestion des cavités. Il établit notamment que le domaine public est inaliénable, la cavité souterraine faisant partie intégrante du domaine public, sauf à prouver que cette cavité a été creusée avant ce fameux édit… En résumé, les routes départementales étant compétences du Département, c’est à la collectivité d’assurer la bonne santé des cavités présentes en dessous de celles-ci !

    En 30 ans, le Département a donc dû intervenir sur plus de 140 cavités pour les combler (partiellement ou entièrement). 200 effondrements ou affaissements ont également été constatés sur cette période. La collectivité n’a pas de budget spécifique attitré, les besoins évoluant d’une année sur l’autre en fonction des aléas rencontrés et des opérations de comblement effectuées.

    Un budget d’environ 50 000 €/an, essentiellement dévoué à des actions de surveillance

    On peut néanmoins estimer qu’environ 50 000 euros sont dépensés, en moyenne, chaque année, pour ces opérations. Il convient de noter que le plus gros de cette « enveloppe » est consacréà des actions de surveillance. Deux agents du Département, Noël Gallenne, dans le Saumurois, et Ivan Jublot, dans le Baugeois, réalisent ainsi une tournée d’environ 70 cavités chaque année. Ils sont accompagnés dans leur mission par un syndicat spécialisé venant d’Indre-et-Loire.

    Les cavités sont de plusieurs natures. Soit des occupées avec des permissions de voirie (85 autorisations d’occupation du domaine public), soit des carrières ou des caves abandonnées. Douze sites sont aussi suivis et protégés par la LPO pour l’hivernage ou la reproduction des chauves-souris.

    Le dossier de presse complet

    Contact presse : Julien Remy, j.remy@maine-et-loire.fr, Tél. : 02 41 81 48 12.

    Retour à la liste des actualités