Danièle Sallenave dévoile son nouveau livre en avant-première en Anjou

  • Culture

L’académicienne Danielle Sallenave était en Anjou, ce jeudi 12 avril, afin de présenter en avant-première nationale son nouveau livre intitulé L’Eglantine et le muguet. Sur les pas de son enfance, elle réinterroge les valeurs de la République, d’hier à aujourd’hui.

Publié le jeudi 12 avril 2018

Temps de lecture :  min.

    Après Le Dictionnaire amoureux de la Loire, publié en 2014, Danièle Sallenave rend à nouveau hommage à l’Anjou dans son dernier livre L’Eglantine et le muguet, présenté en avant-première nationale, jeudi 12 avril, lors d’une rencontre littéraire.

    Dans ce livre, l’académicienne née en Anjou revient dans le village de son enfance, Savennières, « son camp de base », pour réinterroger à travers un voyage dans les terres angevines (Chalonnes-sur-Loire, Beaupréau, Le Bourg-d’Iré, Angers, Trélazé, Freigné, Chanzeaux, Saint-Laurent-de-la-Plaine, Chemillé…), l’héritage républicain qu’elle a reçu de ses parents instituteurs, une éducation républicaine sur une terre qui ne l’était pas.

    « Ce livre est né d’une inquiétude, explique l’auteure. Tandis que nos concitoyens d’origine et de culture arabo-musulmane cherchent dans des conditions souvent difficiles les voies de leur intégration, un républicanisme pur et dur s’est emparé du débat public, développant une surenchère de laïcité et un nationalisme identitaire centré sur « nos valeurs » et « nos racines ». Est-ce un héritage fidèle des idéaux républicains, un rappel des fondamentaux de la République ?  Ou une dérive et une captation intéressée ? »

    Biographie

    • Danièle Sallenave est née en 1940 à Angers où elle fait ses études secondaires avant d’entrer en classe préparatoire au lycée Fénelon à Paris. Elle est reçue en 1961 à l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres et à l’agrégation de Lettres classiques en 1964.
    • Elle publie en 1975 son premier récit, Paysage de ruines avec personnages, et reçoit en 1980 le prix Renaudot pour Les Portes de Gubbio.
    • Chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, commandeur des Arts et des Lettres, elle est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage, pièces de théâtre. Elle a reçu en 1988 le prix du jeune théâtre de l’Académie française, en 2005 le grand prix de l’Académie pour l’ensemble de son œuvre et le grand prix Jean Giono, et en 2008 le prix Jean Monnet de littérature européenne. Elle préside depuis 2013 le Haut Comité aux commémorations nationales et elle est membre du jury de plusieurs prix, dont le prix Femina, le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, le prix de la langue française de la ville de Brive, et le prix du roman historique des Rendez-vous de l’histoire de Blois.
    • Elle anime un festival littéraire annuel à Savennières. Elle est élue à l’Académie française, le 7 avril 2011, au fauteuil de Maurice Druon.
    Retour à la liste des actualités