Depuis 30 ans, le Département partenaire de l'événement

  • Premiers plans

Le Festival Premiers Plans est l’un des événements culturels phares du Maine-et-Loire, que le Département accompagne depuis ses débuts. Outre la convention qui le lie à l’association, trois opérations conjointes sont organisées pour cette 30e édition.

Publié le vendredi 05 janvier 2018

Temps de lecture :  min.

    Depuis 30 ans, plus d’une centaine de réalisateurs français et européens ont été découverts en Anjou. Amalric, Attal, Cantet, Desplechin… tant d’histoires ont commencé ici.
    Au fil des années, ce festival est devenu un évènement incontournable dans le paysage du 7e art pour les jeunes cinéastes qui peuvent y présenter leurs premières œuvres.
    Depuis les origines, le Département est l’indéfectible partenaire du Festival Premiers Plans. Celui-ci est l’un des principaux événements culturels soutenus par la collectivité, dans le cadre de son projet de mandature « Anjou 2021, réinventons l’avenir ».

    Projections décentralisées

    Avec 80 000 entrées en 2017, dont près de 27 000 scolaires et étudiants, Premiers Plans contribue non seulement au rayonnement de l’Anjou, mais aussi à l’éducation des jeunes en facilitant leur accès à la culture. L’organisation de projections décentralisées hors les murs et hors agglomération dans les bibliothèques, cinémas du département, notamment auprès de publics éloignés de la culture comme les résidents des EHPAD, participe au développement de l’offre culturelle dans les différents territoires du département.

    « Une journée particulière »

    Cette coopération particulièrement remarquable a porté ses fruits autour de plusieurs actions phares devenues aujourd’hui incontournables. Avec « Une journée particulière », lancée il y a 10 ans, plus de 200 collégiens du Département peuvent ainsi découvrir chaque année l’envers du décor le temps de l’évènement.

    Un partenariat fort et solide se poursuit depuis de nombreuses éditions également avec le Bibliopôle et le réseau des bibliothécaires de l’Anjou pour récompenser un court-métrage.

    « L’Air numérique » à la collégiale Saint-Martin

    Enfin, depuis deux ans, avec « l’Air numérique », c’est la collégiale Saint-Martin qui a rejoint le festival, prenant les atours d’une salle de cinéma virtuel. Cette année, la nouveauté viendra de l’installation numérique qui va investir le chœur de la collégiale, à l’instar du mapping de Yann Nguema présenté l’an dernier.

    La participation du Département est à la hauteur de l’événement. Elle se chiffre à plus de 100 000 €, dont 60 000 € au titre de la convention qui le lie avec l’association Premiers Plans, 27 000 € pour l’organisation d’« Une journée particulière » et 15 000 € pour l’opération « L’Air numérique ».

    Retour à la liste des actualités