Des professionnels de santé se mobilisent pour la vaccination

  • Santé

Dans le cadre de la Semaine européenne de la vaccination (SEV), le service promotion de la santé du Département a invité plusieurs médecins et infirmières, mercredi 25 avril de 10 à 12 h 30, dans la galerie marchande de Carrefour Saint-Serge, afin de donner des informations au grand public sur la vaccination du nourrisson, thème de l’édition 2018.

Publié le mardi 24 avril 2018

Temps de lecture :  min.

    Loin de « fatiguer » le système immunitaire du nourrisson, les différentes études réalisées à ce sujet montrent au contraire que les enfants vaccinés ont de meilleures défenses que les enfants non vaccinés, y compris contre des infections sans lien avec les vaccins. Inversement, retarder la vaccination expose à ces risques, sans bénéfice pour la santé de l’enfant.

    Onze vaccins obligatoires pour les nourrissons

    Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, 11 vaccinations sont obligatoires depuis le 30 décembre 2017, sauf contre-indication médicale reconnue : Antidiphtérique, Antitétanique, Antipoliomyélitique, contre la coqueluche, contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type B (contre la méningite), contre le virus de l’hépatite B, contre le méningocoque de sérogroupe C, contre la rougeole, contre les oreillons et contre la rubéole.

    Ils sont à réaliser entre le 2ème et le 18ème mois selon le calendrier vaccinal (ci-après). La preuve de la réalisation de ces vaccins sera exigée, à compter du 1er juin 2018, pour leur admission en crèches, jardin d’enfant chez les assistants maternels... Plus tard, pour ces mêmes enfants nés à partir de 2018, une vaccination à jour sera nécessaire pour intégrer les écoles, garderies, colonies de vacances…

    Dont trois obligatoires depuis plus de 50 ans !

    La loi n’a pas exigé de nouveaux vaccins, tous sont déjà régulièrement proposés par les médecins et les parents les font faire à leur enfant. Cette loi veut parfaire la couverture vaccinale parfois insuffisante, ce qui ne permettait pas de protéger d’autres enfants ne pouvant, pour des raisons médicales, bénéficier de ces vaccinations. La vaccination, c’est se protéger des maladies infectieuses, mais c’est aussi protéger les autres et éviter que des maladies ne réapparaissent, c’est un acte citoyen.

    Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2018, seuls les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sont exigées aux âges de 2, 4 et 11 mois (ils le sont depuis plus de 50 ans).

    La « traçabilité » des prises de vaccins se fait grâce aux professionnels de santé soit par le traditionnel carnet de santé ou en remplissant un document d’attestation.

    Le chiffre : 70 % des enfants de Maine-et-Loire sont déjà vaccinés contre ces 11 maladies.

    Retour à la liste des actualités