Expulsion de La Vendange : une responsabilité de l’Etat

  • Migrants

Publié le vendredi 20 juillet 2018

Temps de lecture :  min.

    Les collectifs de Soutien aux sans-papiers et du Cercle 49 ont appelé à une mobilisation devant le Conseil départemental, ce vendredi 20 juillet, à la suite d’une décision judiciaire ordonnant l’expulsion d’une quinzaine de personnes qui occupaient jusque-là le squat de La Vendange à Verrières-en-Anjou.

    « Bien qu’étant sensible à cette situation, pointe le président Christian Gillet, ce bâtiment n’est pas la propriété du Département, mais d’Alter Cités ».

    Par ailleurs, « la question du relogement de ces personnes, consécutive à la mesure d’expulsion prise dernièrement par le tribunal, ne saurait non plus relever des compétences du Département. Elle est de la seule responsabilité de l’Etat, indique Christian Gillet. Il en va de même s’agissant du suivi de ces jeunes migrants. Aucun d’entre eux n’a été reconnu mineur par le Parquet, les services du Département et la Police aux frontières ».

    A ce jour, la totalité des jeunes, en cours d’évaluation de minorité (12) ou déjà reconnus mineurs non accompagnés séjournant en Maine-et-Loire (453), sont pris en charge par le Département et mis à l’abri (accueil associatif, hôtel et accueil solidaire dans des familles). « Face un afflux de migrants qui se poursuit à un rythme soutenu (quinze arrivées par semaine en Anjou depuis le mois de juin), le Département assume pleinement les responsabilités qui lui incombent », conclut Christian Gillet.

    Retour à la liste des actualités