Le budget départemental de l’éducation en hausse de 8 % en un an

© Philippe Noisette
  • Collèges

Christian Gillet, président du Département, a réuni jeudi 7 novembre les principaux et gestionnaires des 50 collèges publics du Maine-et-Loire au château du Plessis-Macé, dans le cadre d’une rencontre annuelle permettant d’échanger sur les politiques départementales éducatives.

Publié le jeudi 07 novembre 2019

Temps de lecture :  min.

    « Ce moment traditionnel est le symbole du dialogue permanent qui lie chaque établissement avec le Département », a rappelé en préambule Christian Gillet.
    La rencontre était organisée autour de plusieurs thématiques, dont la citoyenneté, ainsi que la scolarisation des élèves pris en charge par la collectivité au titre de l’aide sociale à l’enfance.
    Evoquant le volet bâtimentaire, le président du Département a rappelé les investissements emblématiques qui sont en cours dans les collèges de Durtal, du Louroux-Béconnais, de Gennes ou encore de Châteauneuf. Indépendamment de ces opérations phare, d’un montant de 30 M€, 65 opérations d’entretien courant ont été réalisées cette année pour un total de 2,8 M€. « Globalement, le budget de l’éducation est en augmentation de 8 % par rapport à 2018 », a souligné Christian Gillet.

    Des élèves acteurs de leur environnement

    Le président a également abordé l’offre éducative du Département qui, avec 27 itinéraires proposés en 2019, s’étoffe année après année. 67 collèges, dont 41 établissements publics, ont candidaté pour l’année scolaire 2019-2020. « Cette offre ne cesse de s’enrichir de nouvelles propositions encourageant le pouvoir d’agir des collégiens dans leur établissement, s’est félicité le président. Avec le concours 1, 2, 3 projets, qui valorise les initiatives conduites par les jeunes, les élèves sont invités à se mobiliser pour devenir les acteurs de leur environnement ».
    Sur la question de l’alimentation, le président a rappelé l’acte majeur qu’a été, au printemps dernier, la signature d’une charte de l’approvisionnement local en restauration collective, fruit d’une démarche partenariale entre l’Etat, la Région et les trois membres fondateurs du Réseau local Anjou : Chambre d’agriculture, association des maires et Département. « La loi Egalim, qui fixe des objectifs concrets en termes de produits locaux de qualité et de produits bio, n’a fait que consacrer une dynamique à l’œuvre en Maine-et-Loire ».
    Au cours de cette même journée, le président du Département s’est rendu en compagnie du recteur d’académie William Marois au collège La Venaiserie à Saint-Barthélemy-d’Anjou, établissement pilote en Maine-et-Loire en matière de lutte contre le harcèlement scolaire.

    Retour à la liste des actualités