Le ruisseau du Plessis-Macé rendu à la nature

  • Printemps de l’environnement

Long de 850 m, le ruisseau du Plessis-Macé, situé en espace naturel sensible (ENS), a fait l’objet de toutes les attentions de la part du Département. Emblématiques de la politique départementale en matière de préservation et de valorisation du patrimoine naturel de l’Anjou et de la biodiversité, les travaux de « renaturation » du ruisseau sont à l’image des actions engagées sur l’ensemble du territoire départemental.

Publié le mercredi 25 avril 2018

Temps de lecture :  min.

    Le Département dénombre 88 espaces naturels sensibles, dont celui du Plessis-Macé. A travers le Plan départemental des espaces naturels sensibles (ENS) 2017-2021, la collectivité conduit une politique de préservation des milieux naturels et mène à ce titre des actions de préservation de la biodiversité, de gestion des milieux et de sensibilisation aux enjeux de ces espaces, en application du projet de mandature Anjou 2021, réinventons l’avenir.

    C’est dans ce cadre que le Département a engagé une démarche de valorisation et de restauration de la biodiversité du domaine du Plessis-Macé, comprenant le château, le parc et les terres agricoles, dont il est propriétaire.

    Un premier plan de gestion (2010-2015), dans le cadre de la labellisation Refuge excellence LPO, s’est traduit par la mise en œuvre d’actions de gestion durables.

    L’une des actions phares de ce nouveau plan de gestion concernait la restauration écologique des 850 mètres du ruisseau, entièrement recalibré en 1991, qui traverse de part en part les terres agricoles de la propriété. L’objectif était, au-delà de l’amélioration de la biodiversité et du paysage de l’ENS, de réaliser une opération exemplaire et pédagogique de restauration de cours d’eau situé en tête de bassin versant.

    Les travaux

    Ils ont été réalisés d’octobre 2017 à janvier 2018 :

    • Effacement du lit actuel recalibré et rectifié du ruisseau du Plessis-Macé (820 m de long).
    • Création du nouveau lit du ruisseau plus sinueux et moins profond (900 m de long).
    • Diversification des habitats du nouveau lit mineur par la mise en place de matériaux pierreux.
    • Aménagement de passages à gué dans les parcelles agricoles.
    • Restauration de la continuité piscicole entre le ruisseau du Plessis-Macé et le ruisseau des sources du château.
    • Reprise d’un drain agricole et aménagement d’un fossé de décantation.
    • Mise en place de clôtures.
    • Création d’une mare de 850 m2 servant de point d’abreuvement pour le bétail.
    Retour à la liste des actualités