Orientations budgétaires 2018 : la dette maîtrisée sans hausse d’impôt

  • Institution

La gestion vertueuse des finances du Département et le recentrage sur ses missions essentielles permettent à la collectivité de retrouver une certaine sérénité budgétaire. Stabilité fiscale, poursuite de la maîtrise de la dette et des investissements seront les maîtres mots des orientations budgétaires, qui seront débattues lors de la séance du Conseil départemental lundi 18 décembre.

Publié le lundi 18 décembre 2017

Temps de lecture :  min.

    2017 a été marquée par une amélioration de la conjoncture économique. En attestent notamment les droits de mutation, source de recettes pour le Département, qui atteindront 91 M€ fin décembre contre 81 M€ en 2016. « Ce contexte favorable couplé aux mesures d’économies mises en œuvre depuis deux ans par la collectivité ont permis d’absorber les diminutions des dotations de l’Etat, mais aussi de rétablir provisoirement notre capacité d’investissement tout en diminuant notre dette, explique le Président du Conseil départemental, Christian Gillet. Mais l’équilibre reste fragile ». Pour l’année à venir, de nombreuses incertitudes demeurent : loi de finances 2018, volatilité du marché de l’immobilier, dépenses sociales… 

    « C’est donc avec prudence que l’exercice budgétaire 2018 est envisagé, souligne Christian Gillet. Aussi, nous maintiendrons le cap d’une gestion rigoureuse avec notamment une maîtrise étroite de nos dépenses de fonctionnement ». Celles-ci s’établissaient à 750 €/habitant au compte administratif 2016, contre une moyenne nationale de 921 €/habitant.

    « A ce stade, nous n’envisageons pas d’augmenter le taux départemental de la taxe foncière sur les propriétés bâties », annonce Christian Gillet. 2018 sera ainsi placée sous le signe de la stabilité fiscale.

    59 M€ d’investissements

    La maîtrise des dépenses de fonctionnement, tout au moins celles pour lesquelles le Département peut avoir une action volontariste (hors allocations individuelles de solidarité), va permettre de dégager une capacité d’investissement de 59 M€, dont 26,5 M€ pour les routes, 9,3 M€ pour l’habitat ou 9 M€ pour les collèges. L’achèvement du nouveau centre départemental enfance famille d’Avrillé, le déploiement du très haut débit, la poursuite des travaux d’accessibilité et d’économie d’énergie dans les collèges, ainsi que des travaux routiers sur l’axe Vezins-Coron-Vihiers ou encore la rénovation du pont de Bouchemaine figureront parmi les principales opérations 2018.

    Conformément au projet de mandature « Anjou 2021-Réinventons l’avenir », l’ensemble des investissements envisagés seront financés, tout en améliorant la capacité de désendettement de la collectivité. Ainsi, l’encours de la dette, passé de 453 M€ au 1er janvier 2017 à 435 M€ au 31 décembre, n’augmentera pas en 2018. Si les conditions sont réunies, ce montant pourrait être minoré. Alors que la dette par habitant s’élevait à 566 € par habitant en 2016, elle représentera un peu moins de 545 € par habitant fin 2017, voire moins en 2018 (moyenne nationale 525€/hab)

    Réunion du Conseil départemental, lundi 18 décembre à 13 h 30.

    Retour à la liste des actualités