Plongée dans l’obscurité, la collégiale se révèle sous un autre visage

DR
DR
  • Festival Premiers plans - L'Air numérique

Temps de lecture :  min.

    Depuis 2017, pendant le Festival Premiers Plans, la collégiale Saint-Martin est identifiée comme le lieu dédié à la création cinématographique à l’heure des nouvelles technologies, du web et du numérique. Sous le nom de Festival L’air numérique, une sélection de courts-métrages et dispositifs de réalité virtuelle est proposée gratuitement aux visiteurs jusqu’au 26 janvier (inclus).

    L’installation principale de l’artiste Mâa prolongée jusqu’au 1er mars

    En plus des sept courtes productions réalisées par la chaine Arte en réalité virtuelle, et qu’il est possible de visionner sur place avec quatre casques dédiés, deux installations importantes ont été déployées par les artistes Wilfried Thierry et Mâa.

    Le premier nommé a disposé deux écrans géants dans le décor inimitable de la crypte. Le spectateur se retrouve alors acteur, derrière deux manettes de jeux vidéo, pour ressentir des émotions face à l’immensité du paysage ou la chute interminable de son personnage. Les yeux et les oreilles sont en éveil avec cette installation intitulée Wonderfull Life.

    La collégiale, plongée dans l’obscurité, révélée par la magie de Floating Point

    Le deuxième, lui, a profité d’une collégiale Saint-Martin totalement plongée dans l’obscurité pour projeter des milliers de lucioles qui dansent sur le sol du chœur. Le public peut alors entrer en piste pour s’amuser à la faire danser, à les apprivoiser. D’abord indomptables, elles répondent à leurs mouvements et émettent des bruits : c’est ça la magie de Floating Point ! Une expérience vraiment prenante.

    Pour ajouter à cette atmosphère High Tech, Mâa a aussi disposé des centaines de dessins réalisés par un robot. Sur ces œuvres, les traits réalisés à l’encre décrivent des formes et tracent des courbes fines, d’une précision interdite à l’homme.

    Retour à la liste des actualités