Une rentrée placée sous le signe du bien-être au collège Val-d’Oudon

  • Éducation

C'est déjà l’heure de la rentrée pour les 43 207 collégiens de Maine-et-Loire. Au collège du Val-d’Oudon, au Lion-d’Angers, 600 élèves retrouvent un établissement exemplaire qui a mis au cœur de ses préoccupations les trois dimensions qui fondent le développement durable : l’écologiquement tolérable, l’économiquement efficace et le socialement équitable. De l’utilisation de denrées bio locales à la réduction du gaspillage alimentaire en passant par des travaux d’accessibilité à toutes les formes de handicap, l’inclusion scolaire ou des initiatives pédagogiques, le Département y met en œuvre ses engagements tracés dans son projet Anjou 2021, réinventons l’avenir.

Publié le lundi 03 septembre 2018

Temps de lecture :  min.

    Le développement durable au coeur du projet éducatif

    Le collège du Val-d’Oudon, au Lion-d’Angers, est l’un des établissements scolaires les plus exemplaires du Maine-et-Loire en matière de développement durable. L’investissement des élèves
    et des équipes pédagogiques lui a valu d’être récompensé par l’obtention du label E3D.

    La réduction des consommations d’énergie, axe fort du projet de mandature Anjou 2021, réinventons l’avenir, est un enjeu important, tant financier qu’environnemental. Des diagnostics ont été conduits dans les 50 collèges publics afin de construire un plan d’investissement pour les dix prochaines années.

    Les premiers travaux ont été engagés sur la régulation du chauffage et le passage à des énergies propres. On peut citer le collège François-Rabelais à Angers qui a basculé du gaz naturel à un réseau de chaleur bois au printemps 2018, le collège Vallée du Lys à Vihiers-Lys-Haut-Layon qui passera d’ici la fin d’année du fioul à un réseau de chaleur issue de la méthanisation ou encore l’isolation thermique du collège Georges-Pompidou de Champtoceaux pour 700 000 €.

    L’accessibilité pour apprendre et vivre ensemble

    À la rentrée, les élèves du collège Val-d’Oudon présents l’année dernière se rendront sans doute compte de certaines modifications apportées aux bâtiments. Si les 75 500 € prévus pour remplacer
    le plafond filtrant de la cuisine ne leur sauteront pas aux yeux, les travaux d’aménagement pour l’accessibilité ne devraient pas leur échapper (123 000 €).

    Dans le cadre du projet Anjou 2021, réinventons l’avenir, les élus du Département ont décidé de rendre accessibles à toutes les formes de handicap les 50 collèges publics de Maine-et-Loire (moteur, auditif, visuel et cognitif), un programme de 13 M € avec des travaux échelonnés jusqu’en 2025.

    Sujet complexe, cette mise en accessibilité a débuté par une phase de diagnostic importante relevant en moyenne 400 points de non-conformité par collège soit 20 000 modifications à prévoir pour parvenir à une accessibilité totale ! Ce recensement terminé, huit premiers établissements ont bénéficié de travaux, cet été, afin d’être prêts pour l’année scolaire 2018-2019.

    Des travaux conséquents pour construire un avenir solide

    Cet été, 55 opérations d'entretien auront été menées, cet été, pour un budget de 2 M €.

    À la faveur du maintien annoncé du collège Jean-Lurçat, le Département a souhaité rapidement procéder à de premiers travaux d’amélioration des conditions d’accueil des élèves, avec le remplacement de l’ensemble des menuiseries pour une somme de 450 000 €.

    Les renouvellements d'équipements s'élèvent à 845 000 € (645 000 € pour les équipements de restauration et 200 000 € pour le mobilier).

    Conformément au projet de mandature Anjou 2021, cinq opérations immobilières majeures, représentant 30 M € d’investissement, sont actuellement en cours de réalisation.

    Enfin, 12,3 M € seront consacrés par le Département à la prise en charge d’une partie des frais de fonctionnement des 42 collèges privés de Maine-et-Loire.

    Télécharger la suite du dossier de presse

    Retour à la liste des actualités