Comment l'Europe agit en Maine-et-Loire

Élections européennes |

À quelques jours des élections européennes, le Département fait œuvre de transparence et fait le point sur les actions qui bénéficient d'un financement de la part de l'Europe.

Le Maine-et-Loire bénéficie directement d'un certain nombre de programmes mis en place par le Parlement européen.

On ne le sait pas toujours, mais l'Europe est belle et bien présente en Maine-et-Loire.

Au cours des cinq dernières années en Anjou, une centaine de projets ont bénéficié des financements de l’Europe, soit au titre du FSE (fonds social européen), soit du FEDER (fonds européen de développement régional), pour un montant global de 26,7 M€. A la croisée des compétences départementales et des domaines d’intervention de l’Union européenne, le Département de Maine-et-Loire a pu concrétiser un certain nombre de ses projets.



Insertion sociale et professionnelle, recherche, innovation, préservation de l’environnement, alimentation et agriculture relèvent des champs d’intervention de l’Europe.

Plusieurs opérations, conduites par le Département, ont ainsi été financées au cours de ces dernières années par l’Union européenne. Parmi elles, Anjou e-lyco a permis de connecter de manière innovante les élèves de l’ensemble des collèges de Maine-et-Loire, les parents, les enseignants et les personnels administratifs à un seul et même environnement numérique de travail. D’un coût de 2,1 M€, ce projet a été subventionné par le FEDER à hauteur de 573 000 €.

Dans le domaine de l’alimentation, l’Union européenne consacre 43 000 € par an à la promotion des fruits et légumes et des produits laitiers auprès des élèves. L’objectif est d'éveiller les jeunes au plaisir du goût et de leur donner de bonnes habitudes alimentaires tout en favorisant la production locale. En 2017, 123 établissements du Maine-et-Loire, parmi lesquels plusieurs collèges publics et privés, ont bénéficié de cette initiative.

Le Département, chef de file de l’action sociale, bénéficie également dans le cadre de sa politique d’insertion des fonds européens. Les salaires des 16 agents que compte le service développement insertion et emploi du Département, dont le rôle est d’assurer l’accompagnement social et professionnel des bénéficiaires du RSA, sont pris en charge pour moitié par l’Europe, soit 380 000 € par an.

Dans le domaine de l’insertion toujours, la plateforme de mobilité départementale Néo Mob’in, portée par Afodil, est financée à 50 % par le FSE, représentant 137 000 € par an. Cette plateforme permet chaque année à plus de 300 personnes en recherche d’emploi de surmonter leurs difficultés de déplacements domicile-travail.

Retour à la liste des actualités

RESTEZ INFORMÉS

Chaque mois, une sélection d'actualités et de bons plans. Inscrivez-vous à notre lettre d'information ! Consulter le dernier numéro.

Partager la page