Anjou - Département de Maine-et-Loire Anjou - Département de Maine-et-Loire
Nos sites web
Maine-et-Loire.fr Le Département vous accompagne au quotidien
Répondre à@Maine_et_Loire
🎟️ Trois tarifs sont proposés aux choix des spectateurs (10/15/20€). Réservez vos places ⬇️ https://t.co/qvPIhbevam

Alfred Cointreau, sous l'écorce

© Bertrand Béchard
  • PORTRAIT

La marque Cointreau c'est l'histoire d'une famille mais aussi l'histoire d'une maison intimement lié à l'Anjou : rencontre avec Alfred Cointreau, arrière-arrière petit-fils du fondateur de la distillerie.

Temps de lecture :  min.

    La prise est assurée, le discours rôdé, parsemé de petites anecdotes qui font l’histoire de la marque. Au cœur du Carré Cointreau, à Saint-Barthélemy-d’Anjou, Alfred, 6e génération du nom, est comme un poisson dans l’eau. Entre ses mains, la bouteille carrée et ambrée qui a (aussi) fait la renommée de la liqueur tournoie puis livre ses secrets : « Quatre côtés, pour quatre ingrédients : l’eau, l’alcool à 96 %, le sucre et les écorces d’oranges douces et amères. La bouteille traduit cet équilibre », conclut-il en la posant sur l’une de ses arêtes.

    Une histoire de famille

    Arrière-arrière petit-fils d’Edouard Cointreau, Alfred a rejoint les rangs de la maison familiale il y a une décennie, à la demande de son grand-père, sans que rien ne l’y oblige.« J’avais 26 ans et je m’ennuyais dans une régie publicitaire. Je voyais depuis tout gosse mon père rejoindre chaque matin son garage et ses voitures anciennes avec le sourire. Idem pour mon grand-père quand il ralliait la distillerie. Je voulais vivre ça aussi ».

    La bouteille traduit l'équilibre

    Un Cointreau continuera donc à officier au sein de l’entreprise fondée en 1849. Son grand-père le prévient pourtant : «c’est pas parce que t’as le nom du boss que tu vas directement t’asseoir dans le siège du boss ». À la bonne heure ! Curieux et désireux de « mettre les mains dans le cambouis », Alfred passe une année à la distillerie, déchargeant les sacs d’écorce. Plus encore, il croise la tradition orale familiale avec la réalité des sources : « j’ai passé des heures à la Bibliothèque nationale de France pour m’imprégner de l’histoire de la marque ».

    Gardien de l'héritage

    Le voilà fin prêt pour un rôle taillé pour lui, heritage manager : « c’était 50 % du temps à l’étranger, à la rencontre des barmans, parfois de vrais geeks du Cointreau ». Pour eux, c’est Alfred et pas monsieur Cointreau : un jeune homme de 26 ans, cheveux frisés noir de jais, nœud-pap en étendard, qui a appris la mixologie (l’art du cocktail) auprès de sa grand-mère :« à La Baule, il y avait un piano qui faisait office de bar », se rappelle-t-il.

    Plus en retrait depuis quelques années, Alfred développe d’autres activités. Parmi elles, l’accueil d’événements et séminaires au domaine familial de la Richardière (Montreuil-sur-Loir) mais également une marque de whisky lancée il y a quelques mois avec deux amis. Sans renier ni l’Anjou qui l’a vu naître, ni « la margarita sur glace », le plus savoureux des cocktails. Foi de Cointreau.

    Biographie

    • 1986 : Naissance à Angers.
    • 2011 : Intègre la maison Cointreau en tant qu’heritage manager.
    • 2013 : Mariage avec Guénolée, avec qui il a deux filles.
    • 2017 : Revient habiter en Anjou et rachète avec ses frères et sœurs le Domaine de la Richardière.
    • 2021 : Lance avec deux amis la marque Whisky de Fontagard.
    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information

    Retour en haut de la page

    Nos sites web

    maine-et-loire.fr