Anjou - Département de Maine-et-Loire Anjou - Département de Maine-et-Loire
Nos sites web
Maine-et-Loire.fr Le Département vous accompagne au quotidien
Répondre à@Maine_et_Loire
🎟️ Trois tarifs sont proposés aux choix des spectateurs (10/15/20€). Réservez vos places ⬇️ https://t.co/qvPIhbevam

Zoé Tondut, Youtubeuse

© Bertrand Béchard
  • Portrait

Sur internet, Zoé Tondut partage sa vie depuis bientôt 10 ans. Rencontre avec l'Angevine au million d'abonnés.

Temps de lecture :  min.

    Article publié dans le magazine Anjou&vous de mars 2022

    Le smartphone est toujours à portée de main, présent sans être omnipotent, rassurant lorsqu’il s’agit de retracer avec précision le chemin parcouru ces dernières années. « Le million d’abonnés ? C’était en 2019, au début de l’année. Attendez… Voilà, le 7 mars 2019 exactement ! »  Rrendez-vous est pris avec l’une des Angevines les plus populaires de la toile : Zoé Tondut, alias Juste Zoé sur les internets.

    Une aventure qui dure depuis l'adolescence

    Ce nom ne vous dit rien ? Posez donc la question aux plus jeunes parmi votre entourage. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, en même temps qu’ils donnent le vertige : active sur la plateforme YouTube depuis ses 13 ans, Zoé affiche 1,6 million d’abonnés et cumule plusieurs centaines de milliers de vues sur chacune des quelque 400 vidéos postées sur son compte. Itou sur Instagram. Bref, ça fait bien longtemps que la jeune femme a fait son entrée dans la caste très prisée des « influenceuses ». « La plupart des gens qui composent ma communauté me suivent depuis bientôt 10 ans, la majorité a entre 18 et 24 ans. Ils ont grandi avec moi », précisé-t-elle d’une voix sereine.

    En quelques mots, Zoé, aînée d’une fratrie de quatre, résume ce qui fait une grande partie de son succès sur les réseaux : son authenticité. Au fil du temps et des contenus, on découvre la vie d’une ado, puis d’une jeune femme qui parle de ses joies, de ses tracas, sans fard ni tabou. « Elle n’est pas différente au quotidien de ce qu’elle livre dans ses vidéos », argue sa maman infirmière, qui travaille depuis peu… pour la société de sa fille. Car si Zoé a arrêté ses études après le bac, les « affaires » marchent plutôt bien, entre les rémunérations de la plateforme (création de contenus) et celles liées aux partenariats avec différentes marques. À 20 ans, elle passe sa vie entre Angers -où elle vient d’acheter un appartement en bord de Maine- et Paris, où se situe l’agence qui gère ses engagements. Pas question pour autant de laisser d’autres décider à sa place. « Je suis très organisée, précise et j’ai beaucoup de mal à déléguer ». Au fond de la pièce, sa maman acquiesce, témoin privilégié du parcours de Zoé depuis 2014.

    La juste influence

    « Je n’ai pas créé un compte pour être connue », se souvient-elle. « On a récemment retrouvé des vidéos tournées avec le caméscope de mon papa. J’aimais filmer tout ce qui se passait autour de moi, puis monter les images comme je l’entendais. YouTube, c’est venu après ». Son visage n’a pas tardé à apparaître sur la toile, avec l’assentiment de ses parents. « Nous avons choisi de l’accompagner dans cette passion, en gardant un œil attentif sur ce qu’elle publiait et en fixant les règles dès le départ : tant que l’école suivait… », soutient sa maman. Une passion tellement dévorante qu’elle a entraîné toute sa famille dans l’aventure : parents, grands-parents, frères et sœur apparaissent régulièrement dans les contenus vidéo. La clé d’un succès aussi fulgurant que déroutant. « On me reconnaissait lors de la première convention YouTube que j’ai faite à Paris, en 2015. Quand on est ado, ça met des étoiles dans le yeux », sourit Zoé.

    La tête dans les étoiles, donc, mais les pieds bien sur terre. C’est pour échapper à la folie médiatique autour des influenceuses que Zoé a choisi de rester à Angers. « J’aime bien être tranquille et je suis assez timide de nature. Ça n’est pas le cas quand je rencontre ma communauté parce que je me sens en confiance, je suis leur grande sœur, leur amie… »
    A l’aise dans le rôle de sa vie, Zoé prépare pourtant l’avenir ; « C’est un secteur d’activités hyper instable et je ne sais pas si j’y évoluerais encore dans 10 ans. » La jeune femme rêve d’Australie -« en tout cas d’une longue expérience à l’étranger »- et de construire quelque chose à elle, comme « une marque de décoration. Mais pas juste pour y poser mon nom. » Pour étendre son influence à d’autres horizons.

    Biographie

    • 2001 : naissance à Angers
    • 2014 : première création de contenus sur YouTube
    • 2015 : première convention YouTube
    • 2017 : sortie de son livre "Juste Zoé, vie et avis d'une jeune fille de 16 ans"
    • 2019 : 1 million d'abonnés sur YouTube
    Retour à la liste des actualités

    Abonnez-vous à la lettre d'information

    Retour en haut de la page

    Nos sites web

    maine-et-loire.fr