Les études d'inventaire du patrimoine en cours

Découvrez les études que mène actuellement le Département de Maine-et-Loire dans le cadre de sa mission d'inventaire du patrimoine.

Les études d’Inventaire du patrimoine de la Confluence Maine-Loire et du Coteau saumurois s’inscrivent dans le cadre d’une convention triennale (2016-2019) signée entre le Département et la Région des Pays de la Loire. Les deux collectivités y reconnaissent le val de Loire, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, comme terrain d’étude privilégié. 

Inventaire du patrimoine du Coteau saumurois

L'Inventaire du patrimoine du Coteau saumurois concerne Dampierre-sur-Loire (commune associée à Saumur), Souzay-Champigny, Parnay et Turquant. Il s'inscrit dans la continuité de travaux précédemment consacrés à Saumur et à Montsoreau et Fontevraud-l'Abbaye.
À l'est de Saumur, ce territoire présente des paysages très diversifiés, des rives de Loire à la forêt de Fontevraud en passant par les coteaux calcaires et le plateau viticole dominant la vallée fluviale. Il offre également un patrimoine très homogène et remarquable, caractérisé par la beauté des matériaux utilisés (association généralisée de l’ardoise et du tuffeau), la qualité de leur mise en œuvre au fil des siècles, atouts qui expliquent sans doute la forte représentation des bâtiments des XVe-XVIIIe siècles au sein du bâti actuel, avec notamment d’intéressantes séries d’édifices de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.
Cet inventaire doit permettre de dégager les grandes lignes de la mise en place et de l'organisation du peuplement, de relever les principales typologies d'habitations, notamment troglodytiques, mais aussi de pointer les éléments patrimoniaux relevant des diverses activités qui ont marqué le territoire : la viticulture, l'extraction de la pierre (tuffeau, calcaire de Champigny) ou encore la navigation de Loire.

Inventaire du patrimoine de la Confluence Maine-Loire

Situé à la périphérie sud-est de la ville d’Angers, de part et d’autre de la Maine et de la Loire, l’aire d’étude "Confluence Maine-Loire" est formée par six communes, Bouchemaine, Béhuard, Denée, Saint-Jean-de-la-Croix, Sainte-Gemmes-sur-Loire et Savennières, couvrant une superficie totale de 7 531 ha. Après avoir traversé le Val d’Anjou, la Loire se heurte ici au massif Armoricain, offrant une topographie marquée. La Maine, regroupement de trois affluents (le Loir, la Mayenne et la Sarthe) vient s’y jeter, au nord, à Bouchemaine.
L’étude porte principalement sur la plaisance et la villégiature de ce territoire de "bord de ville", fortement marqué par le fleuve et ses paysages, notamment viticoles. Dès le Haut Moyen Âge, en raison de sa situation privilégiée, il a bénéficié au premier chef de l’expansion et de la richesse des églises angevines. À la fin du XVe siècle, le roi René, suivit par son entourage, en avait fait un lieu privilégié pour l’installation de ses résidences de campagne, associant au repos champêtre, les avantages économiques du manoir et de son vignoble. Aux siècles suivants, à l’instar de l’aristocratie laïc et ecclésiastique, la bourgeoisie angevine rachètera de nombreuses terres pour y placer un métayer, un vigneron ou un closier. A l’image de la "maison rustique" se superpose dès le 18e siècle et surtout au 19e siècle celle de la maison de plaisance. Le développement des transports, des bateaux à vapeurs puis surtout du train, amplifieront le phénomène. L’attrait de la Loire et des villages qui la bordent favoriseront le développement d’une architecture dite "de villégiature" où la recherche de la vue, afin de jouir du paysage, apparaît comme une constante.

Étude thématique transversale : la vigne et le vin en Anjou

La vigne et le vin occupent une place particulière dans l’histoire de l’Anjou. Attestée depuis l’Antiquité, la viticulture se diffuse largement au Moyen Âge, notamment en périphérie des villes d’Angers et de Saumur et le long de l’axe de la Loire et de ses affluents : le Thouet, le Layon, le Loir, la Mayenne ou encore la Sarthe. Convoyés par voies fluviales vers les provinces de l’Ouest et vers Paris, les vins angevins sont notamment exportés aux 17e et 18e siècles, vers le nord de l’Europe, par les négociants hollandais. Comme un symbole, le premier congrès des vignerons de France, en 1842, est accueilli à Angers, sous l’impulsion d’une poignée de membres de sociétés savantes et d’investisseurs. Après l’épidémie de phylloxera, ces derniers prennent une part active dans la reconstitution du vignoble. L’Anjou comporte actuellement une trentaine d’appellations d’origine contrôlée.
Depuis plusieurs années maintenant, l’Inventaire porte un intérêt croissant à la thématique du vin et de la vigne et à son patrimoine associé. Par son approche de terrain, il en révèle la richesse à travers la diversité et la qualité de ses paysages, son architecture vernaculaire ou savante et ses objets mobiliers.

Opérations antérieures

Inventaire du patrimoine industriel de la communauté de communes de Moine-et-Sèvre

Photo : Le Longeron. Ancienne Filature Mulliez

Tout au long des XIXe et XXe siècles, ce territoire situé au sud-ouest des Mauges a connu un développement d'activités industrielles liées principalement au textile, à la chaussure, à l’agro-alimentaire et à l'extraction. De nombreux éléments architecturaux (usines, logements, maisons d’industriels) témoignent aujourd’hui de cette histoire singulière. Un état des lieux, réalisé en 2008, a mis en évidence la diversité de cette architecture et l’urgence de prendre en compte cette mémoire. La connaissance, la sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine de proximité sont les principaux enjeux de l’opération d’inventaire actuellement menée par le service en partenariat avec la Communauté de communes Moine et Sèvre et la Région Pays de la Loire.

Inventaire du patrimoine des communes de Montsoreau et Fontevraud-l’Abbaye

Fontevraud. Le village et l’abbaye

L’étude en cours se concentre non sur les éléments majeurs et plus immédiatement perceptibles du patrimoine local et de la richesse des lieux (l’abbaye de Fontevraud et le château de Montsoreau), mais tend, au contraire, à mettre en lumière le contexte architectural large dans lequel s’inscrivent ces monuments et les incidences qu’ils eurent sur la structure de l’habitat. Des rives ligériennes de Montsoreau au domaine forestier de Fontevraud, cette aire d’étude, marquée par une identité architecturale forte, constitue, à elle seule, une coupe nord-sud des plus représentatives des éléments géologiques et paysagers, comme des activités et aménagements humains caractéristiques du canton de Saumur-Sud.

Opération menée conjointement par le Département de Maine-et-Loire et la Région Pays de la Loire.

Inventaire du patrimoine architectural du XXe siècle de la Ville de Saumur

École des Violettes.

Située en bord de Loire, dominée par le château, la ville de Saumur est connue pour ses richesses patrimoniales médiévales et modernes. En complément d’une opération d'inventaire réalisée sur la ville ancienne, une étude de l’architecture et du patrimoine du XXe siècle a été réalisée en 2009 et 2010, en partenariat avec la Ville de Saumur et la Région Pays de la Loire. Les réalisations Art nouveau puis Art Déco, les HBM et équipements publics de l’Entre-deux-guerres, les immeubles de la Reconstruction ou encore les nouveaux quartiers des années 1960 et 1970, puis les interventions en secteur sauvegardé jusqu’aux réalisations des années 1990 témoignent de l’histoire architecturale et urbaine dans un contexte patrimonial sensible.
Les résultats de cette opération ont fait l’objet d’une publication (Saumur, urbanisme, architecture et société) et d’une exposition réalisée en collaboration avec le service Ville d’art et d’histoire de Saumur et le CAUE de Maine-et-Loire.

Inventaire du patrimoine architectural du Pays Segréen

Château de Challain-la-Potherie

L’objectif de cette opération d’inventaire du patrimoine architectural des 67 communes de ce territoire a été d’identifier et d’étudier les édifices les plus remarquables ou les plus représentatifs de l’architecture locale et d’en conserver la mémoire à travers une couverture photographique systématique : architecture rurale, seigneuriale, industrielle, religieuse…
Outil de connaissance et de sensibilisation, cette étude a été restituée sous de multiples formes : publication (Le Pays Segréen, patrimoine d’un territoire), expositions itinérantes, circuits de visite, site internet, mais aussi Diagnostics du patrimoine, documents établis par communauté de communes et conçus comme des supports d'aide à la décision mis à la disposition des acteurs locaux.

Opération réalisée par le Département de Maine-et-Loire, en partenariat avec la DRAC des Pays de la Loire, la Région des Pays de Loire et le Pays Segréen.

Partager la page